Budget de l’État: Le Chef du gouvernement table sur 3 ans d’austérité au Maroc

Budget de l’État: Le Chef du gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani, table sur trois ans d’austérité




Le Chef du gouvernement a donné à ses ministres des directives générales pour préparer les trois prochains budgets de l’Etat. Les effets de propagation du Corona virus dans le pays dicteront visiblement des mesures budgétaires exceptionnelles dans les trois prochaines années, en se dirigeant vers une politique d’austérité.

Saâd-Eddine El Othmani a fixé des orientations pour la préparation de propositions relatives au budget de l’Etat pour trois ans (2021-2023) en appelant ses ministres à contrôler les dépenses des fonctionnaires, en ajustant la masse salariale, et en limitant leurs dépenses au plafond spécifié.




S’agissant des anticipations de dépenses salariales, le Chef du gouvernement a incité les responsables ministériels à « inclure la masse salariale versée et les dépenses résultant de la promotion dans les grades », appelant à « prendre en compte les évolutions du nombre de fonctionnaires et la mutation financière résultant des obligations du dialogue social« .

Les directives de Saâd-Eddine El Othmani aux membres de son gouvernement soulignent l’importance de « rationaliser le mode de vie de l’Administration et les dépenses de divers équipements » et celle de « poursuivre les efforts de maîtrise des dépenses liées au fonctionnement de l’administration« , appelant au « respect des mesures de rationalisation qui garantit les mesures programmées pour la période 2021-2023″.




S’agissant de la mise en œuvre des décisions judiciaires rendues contre l’État, le Chef du gouvernement a appelé les secteurs et institutions ministériels à lui « fournir un état des lieux des décisions judiciaires définitives rendues à leur encontre« , notant l’importance de « programmer les dotations financières nécessaires à leur mise en œuvre de ces jugements dans le cadre des budgets des années suivantes, dans un délai maximum de 4 années ».

S’agissant spécifiquement des investissements publics, Saâd-Eddine El Othmani a appelé à « rationaliser les demandes croissantes de crédits d’investissement« . Ses priorités sont les programmes d’investissement public faisant l’objet d’accords ou d’obligations signés devant le roi, les institutions ou pays internationaux et les bailleurs de fonds.




À cet égard, il a appelé à « recourir à des mécanismes de financement innovants dans le cadre du partenariat institutionnel », notamment entre les secteurs public et privé, indiquant que « l’engagement des secteurs et des départements ministérielles à l’égard de ce mécanisme sera un facteur déterminant pour l’allocation de crédits d’investissement à leur profit« .

Dans sa publication, le Chef du gouvernement estime que « la reprise attendue de l’économie mondiale reste soumise à de grands risques, en particulier en raison des craintes croissantes de la propagation rapide du virus Corona et de la perturbation des chaînes d’approvisionnement et de production, et celle des marchés financiers ».




À lire aussi: