Les principaux titres développés par la presse marocaine ce lundi 23 mars

Revue de presse – Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce lundi 23 mars 2020




Le Matin :

• Le Roi mobilise la médecine militaire dans la lutte contre Covid-19. Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, Chef suprême et Chef d’Etat-Major Général des Forces Armées Royales (FAR), a donné ses Hautes Instructions au Général de Corps d’Armées, Inspecteur général des FAR Abdelfettah Louarrak, au Général de corps d’armées, Commandant la Gendarmerie Royale, Mohamed Haramou, et à l’Inspecteur du Service de Santé Militaire des FAR, le Général de Brigade Mohamed Elabbar, afin que la médecine militaire prenne part conjointement avec son homologue civile à la délicate mission de lutte contre la pandémie de Covid19. En outre, et afin de pallier à certaines insuffisances constatées concernant cette pandémie et faciliter la transmission et l’échange d’informations entre les différents services concernés, Sa Majesté le Roi a donné ses très hautes instructions à l’effet de déployer des moyens de médecine militaire en renforcement des structures médicales dédiées à la gestion de cette pandémie, sous forme de personnel médical et para-médical des FAR et ce, à partir du lundi 23 mars 2020. Conformément aux Hautes Instructions Royales, les Services sociaux des FAR et de la gendarmerie royale seront également mobilisés dans le cadre de cette opération. Sa Majesté le Roi, que Dieu l’assiste, exhorte dans ce contexte particulier, les médecins civils et militaires à travailler en bonne entente et intelligence, comme ils l’ont toujours fait, car il y va de la santé des Marocains et des étrangers se trouvant au Maroc ».

• Etat d’urgence sanitaire: jusqu’à 3 mois de prison pour les contrevenants . Le Conseil de gouvernement a adopté le projet de décret-loi n°2.20.292 portant promulgation de dispositions relatives à « l’Etat d’urgence sanitaire » et aux procédures de sa déclaration. En vertu de ce projet, toute violation des instructions et décisions des autorités publiques est passible d’une peine d’un à trois mois d’emprisonnement et d’une amende allant de 300 à 1.300 dh ou de l’une des deux peines, sans préjudice de la peine pénale la plus lourde.




Aujourd’hui le Maroc :

• Sehimi: l’état d’urgence sanitaire, une période qui commande la discipline et le sens des responsabilités. L’urgence déclarée au Maroc n’est pas absolue, mais relative en ce sens qu’elle organise, régule et limite au mieux les mouvements des citoyens, a indiqué le politologue Mustapha Sehimi. C’est un nouveau mode de vie qui s’est aujourd’hui imposé dans la vie sociale, économique, culturelle, sportive, a ajouté, Sehimi, notant qu’il faut évidemment espérer qu’il ne perdurera pas durant des semaines et que le Maroc, par suite de mesures chocs, arrivera à faire face à cette épidémie. La société a du ressort pour se mobiliser dans ce sens, a poursuivi le politologue, soulignant que les citoyens mesurent que c’est une période qui commande la discipline, le sens des responsabilités aussi. C’est un élan de solidarité qui revitalise, qui nourrit la croyance et l’adhésion à un programme collectif et à un destin partagé, a-t-il dit dans un entretien.

• Le Maroc accélère les mesures de confinement. Le nombre de personnes contaminées au Covid-19 continue d’augmenter au Maroc. Le ministère de l’Intérieur a pris récemment plusieurs mesures drastiques dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. C’est ainsi qu’il a été décidé l’interdiction le samedi 21 mars 2020 à partir de minuit de l’utilisation des transports privés ou collectifs entre les villes. Par ailleurs, les vols aériens domestiques sont aussi interdits. De son côté, l’ONCF a décidé de suspendre toutes les dessertes des grandes lignes, dont le train à grande vitesse, et ce à partir du lundi 23 mars à 23h59. Cette mesure comme toutes celles qui ont été prises auparavant par les autorités visent à garder la situation épidémiologique du pays sous contrôle. Ainsi, seul un service minimum sera assuré pour les personnes se trouvant dans l’obligation de se déplacer pour le travail et disposant d’autorisations délivrées par les autorités compétentes.




L’Opinion :

• L’UGEP à la rescousse des «petites mains» de l’économie marocaine. Face à la situation épidémiologique au Maroc, l’Union Générale des Entreprises et des Professions (UGEP) a appelé le gouvernement à prendre des mesures appropriées et urgentes en faveur de l’ensemble des catégories d’opérateurs économiques, de nature à assurer la continuité de leur activité et de sécuriser les emplois. Dans un communiqué, l’UGEP a proposé, entre autres, le report des délais de dépôt des déclarations fiscales liées aux personnes morales et physiques, ainsi que le report du paiement des impôts, taxes et charges sociales. Par ailleurs, l’UGEP a plaidé pour la mise en place avec la CNSS d’un dispositif de chômage partiel simplifié et opérationnel et de comités de veille régionaux, et d’un plan d’urgence pour les secteurs du tourisme et de l’artisanat.

• Le secteur informel en chiffres. Le secteur informel au Maroc est constitué de 1,68 millions d’Unités de Production Informelles (UPI). Un nombre qui a progressé de plus de 8.3% depuis 2007. C’est ce que révèle une enquête nationale du HCP sur le secteur. Une enquête réalisée sur la période 2013-2014, et publiée en 2018. Au total, avec une moyenne annuelle de près de 245.000 dirhams, les UPI ont brassé un chiffre d’affaires de près de 410 milliards de DH, en 2013, en accroissement annuel moyen de 6,5% depuis 2007.




Al Bayane :

• L’ONEE à pied d’œuvre pour un approvisionnement continu en électricité. L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), à côté de ses partenaires stratégiques, a pris les mesures appropriées pour un approvisionnement continu du réseau électrique national, dans le contexte de l’état d’urgence sanitaire décrété au Maroc pour freiner la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19). L’Office a, également, procédé au renforcement des dispositions de sécurité sanitaire des employés sur l’ensemble de ses sites, a-t-on assuré au cours d’une visite effectuée au centre de « Dispatching National » de l’ONEE à Casablanca par le ministre de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement, Aziz Rebbah. Mettant en exergue la mission vitale dévolue au centre pour garantir le bon fonctionnement du réseau national, le ministre a souligné que les investissements substantiels consentis par le Royaume depuis des décennies, plus particulièrement au cours des vingt dernières années, en ont fait un modèle distingué non seulement pour le système d’approvisionnement, mais aussi en matière d’électrification rurale.

• Covid-19: lancement du service SMS sur le numéro « 1919 » dédié à la contribution des citoyens. Le ministère de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’Administration a lancé un service SMS sur le numéro « 1919 » pour permettre aux citoyens, s’ils le souhaitent, de contribuer au Fonds spécial de gestion de la pandémie du Coronavirus. Ce service est opérationnel à partir du samedi 21 mars 2020, indique le ministère dans un communiqué, ajoutant que chaque SMS vers ce numéro représente un don de 10 dirhams. Le ministère souligne qu’en application des Hautes Instructions de SM le Roi Mohammed VI concernant la mise à disposition des conditions de financement des mesures préventives pour faire face au coronavirus et atténuer ses répercussions, les autorités compétentes ont créé le Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du Coronavirus (Covid-19). Les ressources de ce fonds se composent de la contribution du Budget général de l’État à hauteur de 10 milliards de dirhams, et des contributions des organismes et institutions ainsi qu’à la contribution des personnes physiques, conclut le communiqué.




Al Massae:

• Covid-19: Les mesures des économistes istiqlaliens . Des économistes ont appelé à prendre une série de mesures pour atténuer les répercussions du coronavirus sur les populations précaires. Ils ont en effet proposé de verser des revenus solidaires, sous forme de cartes bancaires chargées, aux chefs de ménages identifiés par les autorités à travers les bases de données RAMED et Tayssir, tout en accélérant le déblocage du reliquat du programme Tayssir au profit des familles bénéficiaires. L’Alliance des économistes istiqlaliens a appelé à mettre en œuvre 20 propositions, dont des accès gratuits à Internet au profit des familles qui comptent des enfants scolarisés pour qu’ils puissent poursuivre leurs cours à distance.

• Plus de 250 mineurs remis en liberté. Les procédures de changement des mesures relatives aux pensionnaires des Centres de protection de l’enfance ont concerné jusqu’à samedi quelque 251 bénéficiaires, dont des mineurs en différend juridique ou en situation difficile, qui ont été confiés à leurs familles ou ont bénéficié d’autorisations exceptionnelles, a affirmé le ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports. Ces procédures, indique le ministère dans un communiqué, s’inscrivent dans le cadre des mesures préventives urgentes prises pour affronter la situation exceptionnelle à laquelle fait face le Maroc, et vu les responsabilités du ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports quant à la protection des pensionnaires des Centres de protection de l’enfance du danger de la propagation du nouveau coronavirus.




Al Ahdath Al Maghribia :

• Gaz butane : Rebbah promet un stock suffisant. Pas besoin de stocker de grandes quantités de bonbonnes de gaz. C’est ce qu’assure le gouvernement après l’affolement des citoyens sur ce produit essentiel. A cet effet, le ministre de l’Energie, des Mines et de l’Environnement, Aziz Rebbah, a effectué une visite à la Société marocaine de stockage (SOMAS) pour s’enquérir de l’état de l’approvisionnement. Il a, en effet, rassuré sur la situation de l’approvisionnement du marché national en gaz butane, en cette conjoncture marquée par la pandémie du nouveau coronavirus. « Ce stock se reconstitue mensuellement par la réception des Butaniers à travers les divers terminaux gaziers, principalement le port de Mohammedia « , a-t-il précisé.

• Etat d’urgence sanitaire: Interdiction des moyens de transport privés et publics entre les villes. Dans le cadre de « l’Etat d’urgence sanitaire » déclaré, il a été décidé d’interdire les moyens de transport privés et publics entre les villes, depuis samedi 21 mars à minuit, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Cette interdiction ne concerne pas le transport des marchandises et des produits de base qui s’effectue dans des conditions normales et fluides de manière à satisfaire les besoins quotidiens des citoyens. Elle ne concerne pas non plus les déplacements pour des raisons de santé et professionnelles prouvés par des documents délivrés par les administrations et les établissements, précise le ministère.




Bayane Al Yaoum :

• Suspension de la publication et la distribution de la presse papier jusqu’à nouvel ordre. Le ministère de la Culture, de la jeunesse et des sports a appelé tous les éditeurs de journaux à suspendre la publication et la distribution de la presse papier à partir de dimanche et jusqu’à nouvel ordre. Cet appel, indique un communiqué du ministère, intervient dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire en vigueur dans le Royaume du Maroc et de la mise en œuvre des mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus « Covid-19 ». Tenant compte des rôles importants et vitaux que joue la presse marocaine, ajoute la même source, le ministère exhorte tous les organes de presse concernés à continuer à fournir de l’information dans des formats alternatifs, vu les circonstances actuelles, contribuant ainsi aux côtés d’autres composantes des médias nationaux aux efforts d’information et de sensibilisation adressées aux citoyens.

• Arrestation de 6 personnes pour diffusion de fausses informations pouvant porter atteinte à l’ordre public. Les services de la police judiciaire de Fès, Inezgane, Azilal, Benguerir et Oued Zem ont arrêté, jeudi soir et vendredi, six personnes, pour leur implication présumée dans la diffusion et la distribution de fausses informations via les systèmes informatiques, pouvant porter atteinte à l’ordre public et provoquer la panique chez les citoyens. La direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a indiqué dans un communiqué que cette opération s’inscrit dans le cadre de la poursuite des recherches et investigations visant à lutter contre les faux contenus numériques relatifs à la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19). La cellule centrale de suivi et de veille informatique pour la lutte contre les fakenews liés à la pandémie de nouveau coronavirus avait détecté de faux contenus numériques, diffusés sur les réseaux sociaux et via les applications de messagerie instantanée, précise le communiqué. Ces contenus évoquent de prétendus cas d’infection par le Covid-19, alors que d’autres nient l’existence de cas d’infection par ce virus ou incitent à s’abstenir d’appliquer les mesures de prévention contre la propagation du virus, a fait savoir la DGSN.




Al Alam :

• Confinés, les Marocains de plus en plus connectés. Confinés depuis vendredi pour éviter la propagation du covid-19, nombre de familles marocaines se sont vues contraintes de souscrire un abonnement à internet afin de continuer à travailler à distance et permettre aux enfants de poursuivre leurs cours depuis le portail électronique du ministère de l’Education nationale. Ainsi, un afflux important aux agences des opérateurs de télécommunication a été remarqué depuis lundi dernier. Objectif: se procurer les outils nécessaires et souscrire aux abonnements adéquats aux besoins de chaque famille. Cet afflux massif a provoqué des ruptures de stocks des modems et routeurs dès mardi, poussant les responsables d’agence à demander des stocks supplémentaires pour satisfaire la forte demande.

• Covid-19: les recommandations de la Commission des Finances. Suite à l’examen du décret relatif au Fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie de Covid-19, la Commission des Finances à la Chambre des représentants a élaboré un ensemble de propositions à caractère social, visant le maintien de postes d’emploi l’atténuation des effets de cette pandémie. Parmi les le mesures phares proposées, figure la création de comités régionaux de veille économique pour faire valoir le principe de proximité, la poursuite des missions de contrôle des prix et le soutien des et citoyens actifs dans le secteur informel.