Les principaux titres développés par la presse marocaine ce jeudi 26 mars

Revue de presse – Voici les principaux titres développés par la presse nationale ce jeudi 26 mars 2020




Le Matin
Mauvaise nouvelle pour les fonctionnaires

• Toutes les promotions programmées pour le compte du budget de l’année en cours, non encore achevées, ainsi que les concours de recrutement, exceptés ceux dont les résultats sont déjà annoncés, ont été reportés et ce, dans le but de faire face aux conséquences négatives de la propagation du nouveau Coronavirus, selon une circulaire du Chef du gouvernement qui relève que tous les efforts doivent être conjugués et les ressources disponibles mobilisées pour surmonter cette conjoncture. Dans l’objectif d’alléger la charge sur le budget de l’État et de lui permettre d’orienter les ressources financières disponibles vers les défis en face, il a été décidé de prendre des mesures exceptionnelles vis-à-vis des administrations publiques, des collectivités territoriales, des établissements à vocations administrative et des instances et institutions publiques, dont les salaires des employés sont extraits du budget général, indique la circulaire.

Aujourd’hui Le Maroc
Ciblage des aides directes: le casse-tête

• La grande question qui se pose actuellement est qui est réellement éligible parmi les familles ayant une personne ou plusieurs s’activant dans l’économie informelle. La réponse est loin d’être facile, ce qui explique le choix du comité de veille économique d’annoncer les mesures pour les personnes affiliées à la CNSS en primauté. Le ciblage de ces derniers est théoriquement facile, ce qui est loin d’être le cas pour les professionnels de l’informel. S’achemine-t-on alors vers une activation du RSU (registre social unifié) dont le lancement ne devait avoir lieu qu’après les prochaines échéances électorales ?




Fake news: le bilan des poursuites grimpe à 274

• La traque aux infractions au confinement et à la diffusion des fake news concernant le coronavirus s’intensifie. Les autorités compétentes viennent ainsi d’annoncer l’arrestation d’une cinquantaine d’individus actuellement soumis à des enquêtes préliminaires, sous la supervision du parquet compétent, dans des affaires de diffusion de contenu mensonger et falsifié sur le nouveau coronavirus (Covid-19). Toujours selon la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), les opérations menées sur le terrain en vue de garantir l’application des mesures de prévention adoptées dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire ont permis d’interpeller 224 individus sur l’ensemble du territoire national. Ces derniers sont actuellement placés en garde à vue.

L’Économiste
La consommation du carburant plonge de 70%

• La consommation du carburant est en chute libre, au moins 70% depuis le confinement décidé par les autorités pour limiter la propagation du coronavirus selon la Fédération nationale des propriétaires et gérants des stations-service. Les stations-service et les compagnies pétrolières rejoignent la liste des entreprises ou secteurs touchés par les répercussions économiques du coronavirus. Dans les stations-service, les ventes de carburant se sont effondrées comme celles des activités annexes. En l’absence ou encore en raison de la baisse drastique de l’activité, les stations-service ont été contraintes soit d’accorder des congés ou d’organiser des roulements pour leurs salariés. Pour l’instant, elles écartent tout licenciement, «Nous avons décidé de maintenir les effectifs”, souligne Jamal Zrikem, président de la Fédération nationale des gérants et propriétaires des stations-service.




Les échéances réellement suspendues

• Toutes les échéances législatives et réglementaires sont suspendues jusqu’à la fin de l’état d’urgence. Théoriquement le 20 avril. Mais attention, toutes les échéances ne sont pas concernées. Il faut d’abord exclure les factures d’eau, d’électricité, de téléphone, d’internet, le loyer… Les dettes commerciales sont donc exclues puisque aucune décision n’a été prise dans ce sens. Certains juristes s’appuient sur l’article 269 du dahir du Code des obligations et contrats (DOC). Celui-ci prévoit des exemples comme les phénomènes naturels tels que les inondations, la sécheresse, les orages, les incendies, le fait du prince… Mais cela reste à l’appréciation du magistrat. En effet, il faut que le cas de force majeure soit imprévisible, irrésistible et qu’il ne soit pas le fait du débiteur. Ce qui correspond tout à fait au cas de la crise entraînée par l’épidémie du coronavirus.

Al Bayane
Hommage aux professionnels de la santé

• Il est tout à fait légitime de rendre un vibrant hommage à tous ces professionnels de santé, à toutes ces femmes et à tous ces hommes, aux médecins, infirmiers et aux infirmières, à tous ces soignants. Le gouvernement entreprend tout ce qui est nécessaire pour limiter la dissémination du coronavirus, en mobilisant toutes les compétences médicales et paramédicales, toutes les structures hospitalières du pays, les services de soins intensifs, les appareils de réanimation, les médicaments, les tenues spéciales, et en assurant des permanences 24 H / 24 H, et ce afin de limiter le nombre de victimes. Les citoyens doivent de leur côté faire preuve d’esprit de responsabilité. Si le nombre des personnes qui sont contaminées par le coronavirus diminue, les professionnels de santé pourront mieux soigner celles et ceux qui sont malades.




Covid-19: lancement de la plateforme “Allô 300”

• En vue de renforcer les mécanismes et canaux de communication directe et d’élever le niveau de vigilance des citoyens pour garantir leur sécurité sanitaire, une nouvelle plateforme téléphonique « Allô 300 » a été lancée en coordination entre le ministère de l’Intérieur et les Forces armées royales (FAR). Un communiqué conjoint indique qu’à travers cette plateforme qui fonctionne 24h/24 et 7j/7, une équipe spécialisée veillera à donner des conseils et des réponses à toutes les questions des citoyens, de recevoir leurs réclamations concernant le volet sanitaire lié au covid-19 et de les orienter vers les services compétents selon les cas. Cette nouvelle plateforme s’ajoute aux deux lignes téléphoniques du ministère de la santé « Allô Yakada » (0801004747) et (Allô SAMU 141) dédiées aux informations et conseils relatifs à l’aspect sanitaire, ajoute la même source.

Al Ahdath Al Maghribia
Communication financière: les recommandations de l’AMMC

• L’Autorité Marocaine du Marché des Capitaux (AMMC) a appelé les émetteurs à procéder à leurs publications via les plateformes de diffusions électroniques des journaux d’annonces légales, afin qu’ils puissent remplir leurs obligations d’information pendant la période d’état d’urgence sanitaire. Dans un communiqué, l’AMMC souligne que dans le contexte sanitaire actuel, la poursuite du respect des obligations en matière de transparence des émetteurs « revêt une importance cruciale » pour assurer « un fonctionnement ordonné, équitable et efficient » du marché, rappelant aux émetteurs de lui transmettre toute information publiée et ce, notamment pour en assurer la publication sur le site web de l’Autorité.




Al Massae
Echéances de crédit : les banques reçoivent les premières demandes

• Dans le cadre des mesures prises par le Groupement professionnel des banques du Maroc pour lutter contre les répercussions économiques du Covid-19, les établissements bancaires ont avisé, par mail, les clients souhaitant bénéficier du report des échéances crédit. Ainsi, les banques ont invité les bénéficiaires à remplir un formulaire en choisissant la date à partir de laquelle le report des échéances de crédit prend effet, notamment pour les prêts immobiliers et les crédits à la consommation.

Akhbar Al Yaoum
Un stock de sang en déficit

• L’état d’urgence sanitaire a causé une forte baisse du nombre des donneurs de sang. Le Centre national de transfusion sanguine a indiqué que son stock de sang couvre en moyenne 6 jours seulement alors que les grandes villes connaissent déjà une situation alarmante. Ainsi, plusieurs cadres et médecins exerçant dans les centres régionaux de transfusion sanguine ont incité les citoyens, via les réseaux sociaux à faire des dons de sang et ce malgré la crise sanitaire actuelle. Pour sa part, le directeur de Centre national de transfusion sanguine, Mohamed Benajiba s’est félicité d’avoir réussi à sauver deux femmes qui ont fait une hémorragie du post-partum.




Télé-services: l’Office des changes lance la plateforme « SMART »

• L’Office des Changes a procédé à l’enrichissement et à l’amélioration de ses télé-services en lançant le Système de Management des Autorisations, Reportings et Traitements « SMART » pour introduire en ligne les demandes d’autorisation et la télé-déclaration des opérations de changes. Cette plateforme dématérialise ainsi les formalités et les démarches afférentes à l’introduction des demandes d’autorisation auprès de l’Office des Changes et permet aux opérateurs économiques de déclarer en ligne leurs opérations de changes, indique l’Office dans un communiqué, soulignant que ce lancement s’inscrit dans le cadre de la poursuite de sa stratégie de digitalisation et guidé par sa volonté d’améliorer ses services et d’alléger les exigences faites à ses usagers.

Al Alam
La CNSS fixe les modalités pour bénéficier de l’aide

• La Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) a annoncé la mise à disposition des employeurs un portail électronique « covid19.cnss.ma » dédié au dépôt des demandes pour bénéficier d’une indemnité forfaitaire mensuelle nette durant la période allant du 15 mars au 30 juin 2020, en application des mesures d’accompagnement des entreprises vulnérables aux chocs induits par la crise du coronavirus. Décidée par le Comité de Veille Economique (CVE) dans l’objectif de préserver le pouvoir d’achat des salariés, cette indemnité se décline comme suit: 1.000 DH pour le mois de mars et 2.000 dirhams pour les mois d’avril, mai et juin. Cette indemnité, qui concerne les salariés déclarés à la CNSS au titre du mois de février 2020, en arrêt temporaire de travail et relevant des entreprises en difficulté, est prise en charge « totalement » par le Fonds Spécial pour la gestion de la pandémie coronavirus, mis en place sur Hautes instructions de SM le Roi Mohammed VI, précise la CNSS.