Les choses se précisent pour le gazoduc de 120 km à l’est du Royaume du Maroc

Le ministère de l’Énergie a approuvé l’étude d’impact environnemental (EIE) du projet gazoduc d’exportation de gaz Tendrara (TGEP) de Sound Energy, donnant ainsi carte blanche à la société britannique pour s’installer dans l’est du Maroc.




Avec l’approbation de l’EIE et les droits accordés à Sound Energy, la société industrielle britannique pourra construire une usine de traitement du gaz et une station de compression. Elle envisage de construire et d’exploiter un gazoduc de 120 kilomètres sur un diamètre de 20 pouces pour relier la future usine de traitement de gaz et la station de compression (CPF) du Gazoduc Maghreb Europe Pipeline (GME).

De même, la société annonce avoir obtenu des permis officiels d’accès aux terres. Dès lors, Sound Energy veut poursuivre les négociations avec le ministère sur le tarif d’accès à la terre.

Les négociations de l’accord de vente de gaz Tendrara (GSA) se poursuivent, mais la société ne prévoit pas de conclure un accord contraignant avant le 31 mars de cette année, précise-t-elle dans un communiqué.




Pour rappel, la société britannique pétrolière et gazière, SDX Energy, avait fait une importante nouvelle découverte; le puits OYF-2 (détentrice de 75 % d’intérêt) regorge de quantités commerciales de gaz dépassant les estimations pré-forage. « Les cibles ’Upper’ et ’Lower Guebbas’ dans OYF-2, ont été rencontrées; l’épaisseur et la qualité du réservoir étaient meilleures que les attentes avant le forage.

Le Guebbas supérieur a été rencontré à une profondeur mesurée de 1 001 mètres, tandis que le Guebbas inférieur a été pénétré à une profondeur mesurée de 1 120 mètres », indique SDX Energy dans un communiqué. Selon la même source, près de 1,3 à 1,9 milliard de pieds cubes de gaz est récupérable des horizons rencontrés par le puits JAE-2. Le puits sera testé en février.




Pour la société britannique, OYF-2 est un début très positif, une découverte qui est plus grande que les attentes avant le forage, et la confirmation que sa zone de production centrale s’étend vers le nord. « Le développement prévu étant bien, nous avons maintenant le potentiel d’augmenter nos réserves totales au Maroc, à environ trois à quatre ans de demande des clients, notre gaz étant vendu dans le cadre de contrats à prix fixe, de cinq et dix ans, à un prix US $ 11/ mcf », assure SDX Energy. 

La compagnie compte également lancer le forage d’un autre puits, le BMK-1, situé à environ 11 km au nord d’OYF-2. « Après BMK-1, un autre puits à proximité du puits d’infrastructure, et deux autres puits potentiellement ouverts à Lalla Mimouna, seront forés pour terminer la campagne en mars ».