(Vidéo) Un marocain bloqué en Espagne adresse un message responsable et optimiste

Depuis l’Espagne, un marocain bloqué à Bilbao adresse un message vidéo responsable et optimiste




Depuis la fermeture des frontières marocaines comme mesure préventive face à la pandémie de nouveau coronavirus, ils sont près de 20.000 marocains bloqués à l’étranger, attendant leur retour à la mère patrie sous des circonstances plus clémentes.




Parmi eux, Amine Benkassine, un jeune casablancais de 39 ans. Il s’est rendu en Espagne le 1er mars dernier, précisément à Bilbao, dans le cadre une mission professionnelle. Il devait effectuer son retour au Maroc le jour même où la suspension des liaisons entre le royaume et son voisin ibérique a été décidée.
Loin d’être découragé par cette situation, Amine a pris son mal en patience dans le seul hôtel ouvert dans une localité de la région, et dont il est d’ailleurs le seul résident. Épaulé par le consulat du Maroc à Bilbao, il a livré sur les réseaux sociaux un message emprunt de responsabilité et de pragmatisme.




Amine y livre un regard d’observateur externe sur les efforts du Maroc, qu’il estime louables, face à cette crise qui a « terrassé » de grandes puissances économiques mondiales et « démoli » des systèmes de santé réputés efficaces.
« On doit se poser la question autour de la conjoncture actuelle. Est-ce un bon moment pour rentrer au pays ? Ou devons nous patienter un peu ? Mon avis est que nous devons laisser à notre pays le temps de bien se préparer pour nous rapatrier, pour qu’on ne résolve pas une catastrophe par une autre ».









À lire aussi:

(Vidéo) Un MRE pleure sa femme et son fils restés seuls en Espagne





(Vidéo) Said Taghmaoui plaide pour le rapatriement des Marocains et Français bloqués





(Vidéo) Pour l’écrivain Tahar Benjelloun le coronavirus «se fatiguera et s’autodétruira»





(Vidéo) L’appel lancé par un élève au ministre de l’Éducation nationale émeut la Toile





(Vidéo) France: Christophe Barbier estime que la mort de quelques vieux ne justifie pas le confinement