Scandale après la diffusion de l’émission « Al Malik », le Maroc exige des excuses

À l’occasion du mois de Ramadan, la chaîne de télévision tunisienne, Hannibal TV, a eu l’idée de programmer une émission de caméra cachée. Mais cette dernière, du nom de « Al Malik » (« Le Roi »), a provoqué un scandale.




Le principe de cette émission est de demander à des célébrités tunisiennes d’entrer en contact avec un roi et de le saluer en respectant ses us et coutumes.

Mais ces séquences, plutôt satiriques, ont provoqué de vives polémiques. Aussi bien chez les internautes que chez plusieurs syndicats professionnels marocains.

Par exemple, le SPMCC, le Syndicat professionnel marocain des créateurs de la chanson vient de publier un communiqué. Dans celui-ci, il rejette totalement le contenu de cette émission.




D’ailleurs, il qualifie le contenu d’«agissements gratuits, honteux et irresponsables à l’égard du Royaume, ses institutions et ses traditions ancrées dans l’histoire.»

Et le syndicat ne s’est pas arrêté là. Ensuite, il a appelé la Haute autorité indépendante de la Communication audiovisuelle (HAICA) à procéder à la mise à l’arrêt de l’émission et de sa diffusion.

«Par respect pour les relations entre les deux pays, le Syndicat exige des excuses.» a-t-il affirmé. Du côté de la Tunisie, le discours est différent. Le syndicat du secteur de la musique a également publié un communiqué.




Il a souhaité mettre en garde contre toute tentative de manipulation. Il affirme que le producteur et présentateur de l’émission, à savoir Walid Zeribi, a fait preuve de bonne foi. Ce dernier a d’ailleurs affirmé qu’il s’agissait d’un simple «malentendu». Ainsi, Walid Zeribi, a assuré que le contenu de son émission de divertissement ne portait en aucun cas préjudice au Maroc et à son Roi. Il explique ce malentendu par le fait que certaines agences professionnelles ont retiré l’émission de «son contexte initial de divertissement, pour lui attribuer une portée d’ordre politique.»