Leila Haddioui au coeur d'un bad buzz

Leila Haddioui (encore) au coeur d’un bad buzz




Encore une polémique sur Leila Haddioui. Cette fois-ci, un cache-bavette dont elle fait la promotion sur Instagram et qui a été annoncé, à tort il est vrai, à 1.000 dirhams pièce….




Créatrice et influenceuse, Leila Hadioui a décidé de surfer la vague des mesures de protection mises en place dans le cadre de la crise sanitaire du Covid-19 pour lancer une collection de «caches bavettes». Une initiative qui passe mal.
Sur les réseaux sociaux, Leila Hadioui a posté ces derniers jours des photos de sa nouvelle ligne de «caches bavettes», comprenez par là des masques qui se portent au-dessus des bavettes vendues dans le commerce pour prévenir des risques de contamination au Covid-19.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Leilahadioui (@leilahadioui) le


Brodées de fleurs en mode romantique, arborant une bouche rouge en mode sensuel ou encore en cuir avec fermeture éclair pour celles qui voudraient jouer les dominatrices, la mannequin et créatrice a tenté de satisfaire tous les goûts, mais ne s’attendait pas à soulever un tel tollé.



 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Leilahadioui (@leilahadioui) le


Il faut croire en effet que ses précédents posts, dans lesquels elle faisait la promotion d’un gel hydroalcoolique à 150 dirhams, un prix bien au-dessus de celui du marché, ne sont toujours pas oubliés par la communauté 2.0.



 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Leilahadioui (@leilahadioui) le


Sur Twitter particulièrement, les internautes n’ont pas été tendre avec Leila Haidoui, à l’instar de cette twitto qui s’interroge sur le moodboard à tendance sado-maso qu’aurait présenté le styliste, à l’origine de la collection, à l’influenceuse, laquelle autrement dit n’aurait de styliste que le titre qu’elle s’octroie elle-même.








Outre les goûts et les couleurs qui restent du domaine du subjectif, une rumeur a circulé selon laquelle la créatrice vendrait ses masques au prix de 1.000 dirhams pièce, chose que la concernée a niée sur un site web en expliquant que les prix étaient compris entre 40 et 80 dirhams. Mais cela n’a pas été suffisant pour éviter qu’une campagne contre sa collection ne se propage.














À lire aussi:

(Vidéos) Leila Hadioui s’excuse d’avoir fait la pub d’un gel hydroalcoolique hors de prix