Confinement au Maroc: ce qui change le 11 juin

Confinement au Royaume du Maroc: ce qui change le 11 juin




Dans un communiqué rendu public, les ministères de l’Intérieur et de la Santé ont donné des détails concernant la mise en œuvre du plan d’allégement du confinement sanitaire selon la situation épidémiologique de chaque préfecture ou province, de manière progressive, à partir du 11 juin courant.




Les autorités publiques ont décidé de mettre en œuvre un plan d’assouplissement des mesures de confinement sanitaire selon la situation épidémiologique de chaque préfecture ou province de manière progressive et selon plusieurs étapes et ce, à partir du 11 juin 2020. En vertu de ce plan, les préfectures ou provinces du Royaume ont été divisées en deux zones selon les critères fixés par les autorités sanitaires, indique le communiqué.
La transition progressive d’une étape à l’autre dans le cadre du plan d’assouplissement des mesures de confinement sera soumise préalablement à une évaluation des mesures à appliquer et des conditions requises de chaque préfecture et province.
Les préfectures et provinces feront l’objet d’un classement hebdomadaire, selon les deux Zones d’assouplissement, sur la base des critères fixés par les autorités sanitaires.




Les autorités publiques exhortent tous les citoyens à continuer de respecter strictement toutes les gestes de prévention et les mesures sanitaires en vigueur (port de masques, distanciation…)
Au cours de la première phase, qui débute le 11 juin 2020, les mesures d’assouplissement du confinement sanitaire seront comme suit (voir document ci-dessous).
A- Reprise des activités économiques au niveau national:
Activités industrielles; activités commerciales; activités d’artisanat; activités de proximité et petits métiers de proximité; commerce de proximité; professions libérales et professions similaires; réouverture des souks hebdomadaires.
Les activités exclues de cette liste sont: les restaurants et cafés avec consommations sur place, les hammams, les salles de cinéma et théâtres, etc.




B. Assouplissement des restrictions dans la Zone n°1:

-Sortir sans avoir besoin d’une autorisation spéciale de déplacement à l’intérieur du périmètre territorial de la préfecture ou la province;
-Reprise du transport public urbain avec un exploitation ne dépassant pas 50% de la capacité d’accueil;
-Liberté de déplacement à l’intérieur du périmètre territorial du lieu de résidence, sans l’obligation de disposer d’une autorisation (en se contentant de présenter la Carte nationale d’identité électronique);
-Réouverture des salons de coiffure et des instituts de beauté avec une exploitation ne dépassant pas 50% de la capacité d’accueil; -Réouverture des espaces publics en plein air (promenades, jardins, lieux publics…etc);
-Reprise des activités sportives individuelles en plein air (marche, vélos…etc);




-Maintien de l’ensemble des autres restrictions décrétées pendant l’état d’urgence sanitaire (interdiction des rassemblements, des réunions, des fêtes, des fêtes de mariage, des funérailles…etc);

C- Assouplissement des restrictions dans la Zone n°2:
-Obligation de disposer d’une autorisation exceptionnelle de déplacement pour toute sortie;
-Fermeture des commerces à 20H00
-Reprise du transport public urbain sans dépasser 50% de la capacité d’accueil;
-Maintien de l’ensemble des autres restrictions imposées lors de l’état d’urgence sanitaire (interdiction des rassemblements, des réunions, des fêtes, des fêtes de mariage, des funérailles…etc).




L’état d’urgence sanitaire a été prolongé par le gouvernement jusqu’au 10 juillet 2020. Mais les autorités ont instauré un traitement qui diffère selon la situation épidémique de chaque région, voire de chaque ville. Voici à quoi ressemble la carte du Maroc, divisée en deux zones: rouge et verte.





L’état d’urgence sanitaire a été prorogé au Maroc jusqu’au 10 juillet 2020 sur décision du gouvernement, réuni en conseil en début de soirée du mardi 9 juin. Cette nouvelle prorogation introduit une nouveauté, en ce sens que les toutes les régions du Maroc ne sont pas soumises au même traitement. Sur décision du gouvernement, le Maroc a été scindé en deux zones, un «découpage» territorial imposé par le Covid-19.

La zone 1, où la pandémie est largement maîtrisée ou en voie d’extinction, englobe les régions de l’Oriental, de Béni-Mellal-Khénifra, de Draâ-Tafilalet, de Souss-Massa, de Guelmim-Oued Noun, de Laâyoune Sakia-El Hamra, de Dakhla-Oued Eddahab en plus de la préfecture de Mdiq-Fnideq et des provinces de Tétouan, Fahs-Anjra, Al Hoceima, Chefchaouen, Ouezzane, Meknès, Ifrane, Moulay Yacoub, Sefrou, Boulemane, Taounate, Taza, Khémisset, Sidi Kacem, Sidi Slimane, Settat, Sidi Bennour, Chichaoua, El Haouz, Kelâa des S’raghna, Essaouira, R’hamna, Safi et Youssoufia.




La circulation est libre entre les localités de cette zone sans devoir justifier d’une autorisation exceptionnelle. Le transport public y fonctionnera avec 50% de la capacité en places assises. Dans cette zone 1, les salons de coiffure et d’esthétique seront rouverts, mais seulement avec 50% de leur capacité d’accueil. On peut aussi faire individuellement du sport à l’extérieur.
Quant à la zone numéro 2, elle comprend les préfectures de Casablanca, Mohammedia, Rabat, Salé, Skhirate-Témara, Tanger-Assilah, Marrakech et Fès ainsi que les provinces de Larache, El Hajeb, Kenitra, El Jadida, Nouaceur, Mediouna, Benslimane et Berrechid.
Dans ces localités, il n’y a pratiquement pas de changement par rapport aux mesures de confinement qui ont été décrétées depuis le 20 mars. Il faudra toujours être muni d’une autorisation exceptionnelle de déplacement et les commerces y baisseront le rideau à 20 heures. Il sera cependant possible d’emprunter les transports publics à raison de 50% des places assises pour chaque rame ou véhicule.




Il faut signaler que même si comparativement à la zone 1 (en vert), la zone 2 (en rouge) apparaît minuscule sur la carte du Maroc, c’est elle qui concentre la plus grande partie de la population marocaine qui vit dans de grandes métropoles comme Casablanca, Salé (2e ville la plus peuplée du Maroc), Rabat, Fès ou encore Tanger et Marrakech.
Oubliez les plages, les mosquées et les fêtes!
Dans les deux zones, certaines mesures (drastiques) de l’état d’urgence sanitaire seront toujours en vigueur. Cela concerne, entre autres, les funérailles, les fêtes de mariage, les plages et les mosquées. De même, il ne sera pas encore possible de s’attabler dans un café, un restaurant, d’aller voir un film ou un spectacle. Voire de s’offrir une séance de gommage dans un hammam.
Mais ces mesures ne sont ni figées, ni définitives. Les agents d’autorité (gouverneurs et walis) sont habilités, sur la base des recommandations des comités de veille qu’ils président, à élargir les mesures d’allègement. Ou de donner un tour de vis supplémentaire.