Essaouira: un scandale de pillage de sable mis à jour

Pillage de sable: un nouveau scandale à Essaouira impliquant des notables




Des élus et agents d’autorité à Essaouira risquent de tomber dans les prochains jours. Ils sont en effet accusés d’appartenir à une «mafia du sable» qui brasse indûment plusieurs millions de dirhams.




Plusieurs tonnes de sable volé, et évalué à plus de 20.000 mètres cubes, d’une valeur de quelque 10 MDH ont été mis à nu récemment à Essaouira. Selon le quotidien Al Akhbar du 18 juin, des entrepôts secrets ont été découverts par des contrôleurs relevant du ministère de l’Intérieur, qui ont immédiatement procédé à leur fermeture.

Le parquet général est attendu pour entrer en lice très prochainement, en vue d’ordonner une enquête pour faire la lumière sur ce trafic illégal qui constitue en même temps un préjudice environnemental pour toute la région. Il s’agirait de 15 entrepôts qui servaient de réceptacle au sable volé.




Ils se répartissent aussi en bien en milieu urbain en plein Essaouira que dans les zones rurales environnantes. C’est le gouverneur de la province, Adil El Malki, qui a ordonné la fermeture immédiate desdits entrepôts, le retrait des licences et l’envoi sur place d’enquêteurs relevant du service provincial de l’équipement et des travaux publics, et leur habilitation à saisir la justice une fois les coupables identifiés.

Al Akhbar rapporte que la mafia du sable a d’abord utilisé un dépôt, qui, il y a quelques années, était réservé à la congélation du poisson. Mais en lieu et place, les contrôleurs de l’Intérieur découvrent un immense entrepôt de sable volé.




L’entrepôt de sable volé contenait, au moment de leur visite inopinée, quelque 12.000 mètres cubes de sable. De fil en aiguille, ils ont été conduits à mettre à nu quatorze autres entrepôts, dont le plus petit emmagasinait 4.000 m cubes de sable dans l’entreprise d’un promoteur immobilier local.

Plusieurs voix se sont élevées à Essaouira pour dénoncer cette mafia organisée qui sévit dans la région depuis plusieurs années. On s’attend même à voir plusieurs têtes tomber dans les tout prochains jours, tant parmi les agents d’autorité que les élus et autres notables de la province.