Le président de la Chambre des comptes, Driss Jettou, n’est pas content

Colère de Driss Jettou, président de la Cour des comptes




Dans une intervention face aux membres de la chambre des représentants, le président de la Chambre des comptes, Driss Jettou, s’est insurgé contre le sort réservé à ses études qui ne trouvent pas « preneurs ».




Interpellé sur le sort de ses rapports, notamment au sujet du rapport sur « l’évaluation du programme Ville sans bidonville, entre 2008 et 2018 », le président de la Cour des comptes s’est emporté.

Driss Jettou a renvoyé la balle aux parlementaires, qui ont boudé pendant longtemps ses études. À l’en croire, la Cour des comptes remplit parfaitement la mission qui lui est confiée, en élaborant des rapports sérieux qui sont ensuite envoyés à toutes les différentes institutions concernées.

À ce titre, Driss Jettou a rappelé que de 40 à 50 études étaient rendues publiques chaque année par son institution.




Ces rapports éminemment pertinents pour l’économie nationale étaient pour la plupart sous-estimés et sont en souffrance dans les tiroirs.

Pour le quotidien Assabah, la Cour des comptes n’a pas manqué de pointer les principaux dysfonctionnements et a appelé, entre autres, au renforcement des mécanismes de contrôle et à la vulgarisation de l’offre des aides publiques contre l’habitat insalubre, pour ne pas induire les bénéficiaires en erreur.

Le président a par ailleurs établi une corrélation directe entre la prolifération des bidonvilles et les phénomènes d’exode rural, sur fond d’absence de stratégie d’aménagement des territoires.