Le ministre de la Santé met en garde contre une 2ème vague de contamination au Maroc

Le ministre de la Santé met en garde contre une deuxième vague de contamination au Royaume du Maroc




C’est la deuxième fois en moins de deux semaines que le ministre met en garde contre un scénario catastrophe. Un relâchement des citoyens pourrait donner lieu à une deuxième vague de contaminations. Le virus lui-même risque de devenir plus virulent et plus létal.




Le ministre de la Santé tire la sonnette d’alarme pour la deuxième fois en moins de deux semaines. Khalid Aït Taleb a encore une fois mis en garde contre l’éventualité d’une deuxième vague de la pandémie du nouveau coronavirus.
Ce qui, d’après le ministre, conduira à une deuxième période de confinement sanitaire, rapporte le quotidien Al Ahdath Al Maghribia dans son édition du jeudi 9 juillet. Bien que le Maroc soit classé 63e à l’échelle mondiale en termes de nombre de contaminations et de taux de mortalité, le ministre de la Santé insiste pour maintenir le haut niveau de vigilance, en perspective des prochaines saisons de l’automne et de l’hiver.
Le ministre met donc en garde contre une deuxième vague et, surtout, contre le risque d’une perte de tout contrôle sur l’épidémie.




Notamment après l’enregistrement récent de plusieurs importants foyers de contamination, notamment dans les environs de Kénitra, dans les villes du Nord, mais également à Laâyoune et, dernièrement, à Safi. Intervenant, mardi, devant la Commission des affaires sociales de la Chambre des conseillers, le ministre a néanmoins souligné que, globalement, «la situation était pour le moment sous contrôle».
Cependant, citant Tayeb Hamdi, patron du syndicat national des médecins généralistes, le quotidien souligne que le non-respect des mesures de sécurité sanitaires pourrait effectivement entraîner un reconfinement total de la population.
Certains comportements inconscients risquent de provoquer une deuxième vague du virus, plus virulente et plus meurtrière.




Et à plus forte raison si cette deuxième vague intervient pendant la saison d’automne ou d’hiver, qui est également une période propice à la prolifération de la grippe saisonnière.
Plus encore, en cas de deuxième vague, la propagation du virus serait telle que la situation deviendrait hors de contrôle. Cela étant, lors de son passage devant les conseillers parlementaires, le ministre s’est montré quelque peu rassurant.
Il a souligné que, pour le moment, il était question de maintenir un taux bas de létalité et les mesures de protection destinées à enrayer l’épidémie. Pour que les mesures prises soient efficaces, il convient de réunir les conditions nécessaires à la mobilisation de tous les partenaires et acteurs, à tous les niveaux, explique-t-il.




Par ailleurs, le ministre, tout en brossant un tableau de la situation épidémiologique au niveau national, chiffres à l’appui, a mis l’accent sur la nécessité de continuer à faire preuve de vigilance en matière de veille et de riposte, particulièrement au sein des services de réanimation et de soins intensifs, avec un niveau de 10 à 20 % de la capacité d’accueil globale au niveau régional.
Il a d’autre part rassuré les citoyens quant à l’augmentation récente du nombre de cas positifs, expliquée par l’élargissement du dépistage collectif précoce.
La situation épidémiologique, affirme-t-il, demeure maîtrisée à ce jour, mais il reste tout de même nécessaire de respecter les mesures de prévention et de sécurité sanitaire pour éviter toute éventuelle nouvelle vague de la Covid-19.