Une marocaine décroche la meilleure note de France au bac

Cette jeune marocaine a décroché la meilleure note de France au baccalauréat




Avec une moyenne qui dépasse 20/20, une bachelière marocaine, originaire de Sefrou, et vivant en France, a réussi cet exploit d’obtenir la meilleure note à l’épreuve du baccalauréat dans ce pays.




Ilham El Khallouki, a obtenu le baccalauréat dans la filière générale économique et sociale (ES), avec la moyenne de 20,20.

L’exploit de cette jeune lycéenne a été relayé par la presse locale qui a posté une photo d’elle avec son diplôme accompagnée de sa maman.

Née le 26 mai 2002 à El Menzel dans la province de Sefrou (Maroc), Ilham El Khallouki réside avec sa mère Wafaa Shaddadi dans le quartier la Route de Vivières, dans la commune de Villers-Cotterêts, dans le département de l’Aisne.

Habituée aux bonnes notes, elle avait réussi son brevet en 2017 avec la mention très bien.




Son souhait est de poursuivre ses études en droit en intégrant les classes préparatoires à l’École Normale Supérieure (ENS) de Paris.

En France, les élèves ont la possibilité d’obtenir le baccalauréat avec des notes supérieures à 20 en choisissant des options supplémentaires qui sont prises en compte dans leur moyenne générale. Toutefois, cette possibilité ne sera plus de mise pour le bac 2021 soumis à une réforme.

Cette année, le baccalauréat en France s’est principalement basé sur le contrôle continu en raison de l’épidémie de coronavirus.

Selon le ministère de l’Education nationale, le taux de réussite s’est élevé à 95,7%.









« Le jour où j’ai récupéré mes notes, j’ai eu du mal à croire à cette belle nouvelle. J’ai toujours été une très bonne élève et beaucoup étudié, mais j’ai du mal à réaliser quand le travail paye ».

Le relevé de notes d’Ilham pourrait faire rêver n’importe quel parent de lycéen : 20 en SES, 20 en sciences politiques, 20 en anglais, 20 en espagnol et 20 en latin. Sa plus mauvaise note ? Un 16 en sport. Grâce au jeu des options, la jeune fille de 18 ans a ainsi obtenu son baccalauréat ES mention Très Bien avec une moyenne de 20,20/20. « J’ai toujours voulu donner le meilleur de moi-même, ajoute Ilham. J’ai beaucoup travaillé mais je ne pensais pas aux notes car c’est trop de pression. Je pensais surtout à apprendre, à m’enrichir, à grandir intellectuellement ».

Son seul regret ? Ne pas avoir pu passer le bac dans les conditions habituelles. « C’est vrai que c’était une fin de lycée étrange, on n’a pas pu s’essayer à cet examen qui aurait pu être une bonne expérience pour les études supérieures. Ce bac a été un peu oublié et dévalorisé par le Covid » reconnaît-elle.




Une lycéenne modèle

Ces conditions inédites sont loin diminuer la fierté de sa mère, Ouafae Chedadi : « Je n’ai jamais pu réaliser mes rêves et faire des études supérieures, regrette-t-elle. Donc c’est important que ma fille réussisse, je l’ai toujours poussée à faire des études et à avoir les meilleures notes ».

La mère de famille espérait même voir sa fille battre le record de Myriam Bourhail, meilleure bachelière de France 2014 avec 21,03 de moyenne et également élève au lycée européen de Villers-Cotterêts. « C’est vrai que je n’ai jamais été satisfaite des résultats d’Ilham car je savais qu’elle était capable de faire plus. Je voulais aussi qu’elle dépasse Myriam mais je suis quand même très fière d’elle ».

Malgré ce beau diplôme, la jeune fille ne compte pas profiter bien longtemps de ses vacances d’été. À la rentrée, elle intégrera une classe préparatoire en droit et économie à Paris pour préparer le concours de l’Ecole Normale Supérieure. « On a reçu des devoirs à faire pendant les vacances, ça va être chargé. Il va falloir beaucoup travailler ! » conclut-elle.









À lire aussi: