Covid-19 au Maroc: une évolution inquiétante

Covid-19 au royaume du Maroc: une évolution inquiétante




Le Maroc a enregistré, en quelques semaines, autant de cas de Covid-19 que durant le pic des trois premiers mois de la pandémie. Une évolution inquiétante qui pourrait pousser les pouvoirs publics à prendre des mesures draconiennes, voire à opter pour un reconfinement.




Le Maroc enregistre, depuis quelques jours, une augmentation exponentielle du nombre de personnes infectées par le nouveau coronavirus, ainsi qu’une augmentation des cas critiques et du nombre de décès.

Le quotidien Al Ahdath Al Maghribia rapporte, dans son édition du lundi 3 août, que cette évolution inquiétante de l’épidémie a suscité doutes et inquiétudes parmi les responsables gouvernementaux, les experts scientifiques et la population.

La situation épidémiologique s’est aggravée avec la levée du confinement, puisque le nombre des cas enregistrés ces dernières semaines équivaut au total des personnes infectées durant les trois mois et demi précédents. Les experts scientifiques mettent donc en garde contre l’arrivée d’une vague jamais égalée de cas et de foyers de contamination.




Les statistiques quotidiennes des cas confirmés ont fait état de plus de 1.000 personnes contaminées, notamment les 30 et 31 juillet derniers. On enregistre ainsi 25.000 cas depuis le début de la pandémie.

Autant dire que l’on s’approche des 30.000 cas confirmés et des 7.000 cas actifs que prévoyait le ministère de la Santé. Le docteur Azzeddine Ibrahimi, directeur du Centre du laboratoire de biotechnologie à la faculté de médecine et de pharmacie de Rabat, émet plusieurs hypothèses quant à ce regain des contaminations.

La première, précise-t-il, c’est que le virus a pu atteindre les personnes âgées et celles atteintes de maladies chroniques avec l’augmentation des cas positifs après le déconfinement. Le quotidien Al Ahdath Al Maghribia indique que la deuxième hypothèse évoquée par le docteur Ibrahimi a trait aux personnes asymptomatiques.




Elles sont 85% à ne montrer aucun symptôme de contamination par le nouveau coronavirus et ne le découvrent qu’après avoir atteint des stades critiques menant souvent à la mort.

La troisième cause, poursuit le même intervenant, réside dans la forte contamination des jeunes qui développent des cas sévères et deviennent de dangereux porteurs pour les cas-contacts les plus fragiles. Face à cette recrudescence rapide et massive du Covid-19, les pouvoirs publics n’ont pas caché leurs craintes.

Le ministère de la Santé tire la sonnette d’alarme en déclarant que cette évolution de la pandémie nécessite l’imposition de mesures préventives plus draconiennes. De son côté, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme que la durée du nouveau coronavirus sera longue et que le risque de propagation demeure très élevé.