Une trop forte concentration de plomb dans des épices au Maroc

Les épices vendues au Maroc contiendraient du plomb, selon un rapport de l’UNICEF




Une étude menée par l’Unicef (Nations Unies) a révélé l’existence d’une trop forte concentration de plomb dans des épices achetées dans cinq pays, dont le Maroc.




C’est encore un des ingrédients incontournables de la cuisine marocaine, que l’on croyait au-dessus de tout soupçon, qui s’avère potentiellement toxique et dangereux pour la santé des consommateurs, notamment les plus jeunes.

Menées par un organisme important des Nations Unies, soit l’Unicef, des analyses ont ainsi monté que les épices achetées dans cinq pays notamment, dont le Maroc, contenaient une trop forte concentration en plomb, annonce le quotidien Al Massae dans sa livraison du lundi 3 août.

Encore récente, l’étude a porté sur 1.496 échantillon de 50 d’épices émanant de 41 pays.




Si la majorité a révélé l’existence de niveaux de plomb plus ou moins élevés, cinq pays sont pointés du doigt comme étant ceux où il existe la plus forte concentration de ce produit hautement toxique.

«Il s’agit de la Géorgie, du Bangladesh, du Pakistan, du Népal et du Maroc», précise le quotidien. Alarmante, l’étude révèle que 1,8 million d’enfants, au Maroc, ont jusqu’à 5 microgrammes de plomb par décilitre dans le sang.

209.000 autres enfants ont jusqu’à 10 microgrammes de plomb par décilitre. Dans le monde, ils sont 800 millions d’enfants à avoir du plomb dans le sang, à hauteur de 5 microgrammes, ou plus, par décilitre. Un niveau qui suppose l’intervention des États.




Notamment ceux de l’Asie du Sud-Est où le phénomène est le plus marqué. Résultat, ces enfants souffrent notamment de saturnisme (intoxication aiguë ou chronique par le plomb), avec des taux de plombémie pouvant causer des dommages irréversibles au cerveau.

Selon le rapport, «les enfants vivant dans les pays pauvres sont exposés au plomb, une neurotoxine puissante, lorsqu’ils inhalent la poussière et les fumées des mines, des fonderies et des opérations de recyclage des batteries au plomb-acide (ULAB) que l’on trouve dans les voitures, les camions et autres véhicules».

Ils peuvent également être contaminés par d’autres moyens comme les aliments pollués au plomb.




Mais aussi les murs contenant de la peinture au plomb qui s’écaille, proximité avec des décharges électroniques contenant du plomb.

La Chine compte plus de 31,23 millions d’enfants atteints de saturnisme, tandis que l’Inde, deuxième pays le plus peuplé au monde, en compte plus de 275,56 millions. Le métal lourd peut causer de graves dommages au cerveau des enfants, surtout à ceux âgés de moins de cinq ans, ainsi que des troubles neurologiques, cognitifs et physiques irréversibles.

L’exposition au plomb augmente également le risque de lésions rénales et de maladies cardiovasculaires. Le rapport indique que plus de 900.000 décès prématurés, chaque année, sont attribués à l’exposition au plomb.