Casablanca Finance City: Le Maroc espère enfin sortir de la liste grise de l’UE

Le royaume du Maroc espère enfin sortir de la liste grise de l’Union Européenne




Dans quelques semaines, l’Union européenne va procéder à une mise à jour de sa liste grise des systèmes financier et fiscal dans laquelle figure le Maroc. A Rabat où on s’active pour en sortir, les responsables espèrent que cette fois-ci sera la bonne.




Le texte le plus attendu est sans nul doute le projet de loi relatif à CFC (Casablanca Finance City). Le Commissaire européen en charge de l’économie, Paolo Gentiloni, avait précisé que « si le Maroc n’est pas encore sorti de la liste grise, la raison est simplement que la Commission européenne attend la finalisation de l’évaluation par l’OCDE du régime fiscal de Casablanca Finance City ».
Il avait dans ce sens expliqué que « quand l’UE et l’OCDE évaluent en parallèle les mêmes mesures, la Commission européenne attend toujours la conclusion de la procédure par l’OCDE avant de formaliser sa décision ».




Il note que « si l’OCDE conclut sa procédure comme prévu, il est fort probable que l’Union européenne sorte le Maroc définitivement de la liste grise lors de sa prochaine mise à jour en octobre ». Le projet a bâti son attractivité en partie sur les avantages fiscaux accordés aux entreprises qui décident de s’y implanter.
Difficile, cependant, d’affirmer dès à présent, que les autres avantages comme la conciergerie de luxe ou le service VTC (voiture de transport avec chauffeur) sont suffisantes pour renforcer l’attractivité d’un chantier économique et financier gigantesque comme CFC.