La DGSN contre le baron des boissons alcoolisées au Maroc, surnommé "le dieu de l’alcool"

Raid des hommes de Hammouchi contre le baron des boissons alcoolisées au royaume du Maroc




L’opération «Mains propres» lancée par la DGSN contre le commerce d’alcool frelaté ou de contrebande, et qui a débuté à Casablanca, s’étend à tout le territoire national. Les saisies dans les points de vente et débits de boissons appartenant au baron de l’alcool au Maroc sont impressionnantes.





Ceux qui croyaient que l’opération «Mains propres», initiée par Abdellatif Hammouchi, n’était qu’un nuage passager se trompent.
Certains restaurateurs et hôteliers de la corniche Aïn Diab, qui se croyaient intouchables tout en vendant des alcools frelatés mettant en danger la santé des citoyens, l’ont appris à leurs dépens. Le cas de l’Hôtel La Côte où d’importantes quantités de boissons trafiquées ont été découvertes n’est que l’arbre qui cache la forêt.
Le patron de cet établissement, Yassine Zahraoui, est d’ailleurs toujours en fuite. Qui fournit cet hôtel? Où sont fabriqués les fausses étiquettes et les faux bouchons? Qui est à la tête de ce trafic? Une opération coup de poing, lancée vendredi 4 septembre par les hommes de Hammouchi, apporte des éléments de réponse à ces questions. L’opération a été baptisée «Bacchus» (dieu romain du vin).




Cette opération, menée simultanément dans plusieurs villes, a concerné des dépôts et débits de boissons à Casablanca, Had Soualem, Khouribga, Beni-Mellal, Fqih Ben Saleh et Oued Zem. 
Sous la supervision des parquets compétents (ministère public), l’opération Bacchus a permis la saisie de grandes quantités d’alcools frelatés ou contrefaits, mais aussi des vignettes fiscales et du matériel servant à «légaliser» les boissons illicites: du bas de gamme fabriqué clandestinement ou provenant des circuits de la contrebande. 
Dans un seul dépôt visé par cette opération, les enquêteurs ont découvert plus de 30.000 vignettes fiscales falsifiées. Tous les débits de boissons et les points de vente, objets de l’opération Bacchus, appartiennent à un seul homme: Saïd Ould Lekhribgui, que les initiés surnomment également «Rab chrab» (le dieu de l’alcool).




Cet homme détient une vingtaine de sociétés et brasse un chiffre d’affaires annuel supérieur à 600 millions de dirhams. Saïd Ould Lekhribgui irrigue aussi bien les petits grossistes à travers le territoire national que certains établissements hôteliers et restaurants qui font des chiffres d’affaires mirobolants en écoulant du tord-boyaux illégal. 
Selon un communiqué de la DGSN, les perquisitions opérées, de manière concomitante, dans une dizaine de dépôts et débits de boissons à Casablanca, Béni Mellal, Khouribga et Oued Zem ont permis la saisie de près d’un million de bouteilles d’alcool importé et de 203.016 vignettes fiscales en plus d’une somme d’argent avoisinant 10 millions de dirhams. 
Dans le cadre de l’opération « Mains propres », Abdellatif Hammouchi a démis de leurs fonctions Hamid Bahri, préfet de police, adjoint du préfet de Casablanca, Nouredine El Glaoui, chef préfectoral des Renseignements généraux (RG), et mis à la retraite Abdelghani Fekkak, préfet de police, chef du district de police de Sidi Bernoussi.




Voici, par ailleurs, le communiqué de la DGSN relayé par l’agence MAP:
La Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) a ouvert, en coordination avec les services de la police judiciaire de Casablanca, Khouribga, Oued Zem et Béni Mellal, des enquêtes préliminaires sous la supervision des parquets compétents, sur les actes et les infractions attribués aux gérants de commerces de boissons alcoolisées soupçonnés de possession de produits périmés et d’autres d’origine étrangère soumis à une justification d’origine et ne portant pas de vignettes fiscales.
Les services de la Sûreté nationale avaient mené, vendredi, des interventions simultanées dans 10 entrepôts et commerces de boissons alcoolisées à Had Soualem, Casablanca, Khouribga, Oued Zem et Béni Mellal, indique la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué, notant que ces interventions se sont soldées par plusieurs saisies.




Ont été saisis environ 1.000.000 de bouteilles de boissons alcoolisées de contrebande, 203.016 vignettes fiscales, que des employés collaient sur certaines marchandises saisies, ainsi qu’une somme d’argent estimée à 923 millions de centimes. Selon les premières constations menées par les officiers de la police judiciaire, des quantités des boissons alcoolisées saisies sont périmées, alors que le reste est d’origine étrangère ne portant pas de vignettes fiscales prouvant sa situation régulière vis-vis des Douanes, ajoute la même source.
Une enquête préliminaire a été diligentée sous la supervision des parquets compétents et en coordination avec l’administration des Douanes et Impôts Indirects et l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), quant à la légalité de la possession de ces boissons alcoolisées et leur innocuité, poursuit la DGSN, notant que les inspections se poursuivent sur cette affaire.




À lire aussi:

(Photos) De l’alcool frelaté saisi dans un hôtel de Casablanca