Le Maroc interdit les journaux qui ont réédité les caricatures de "Charlie Hebdo" du Prophète Mohammed ﷺ

Le Maroc interdit les journaux qui ont réédité les caricatures offensantes de « Charlie Hebdo » pour le prophète




Le département de la communication du ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports a décidé d’interdire la distribution des journaux et des magazines étrangers, notamment français, qui ont republié les fameux dessins offensants pour l’islam réédités par « Charlie Hebdo » mardi dernier.




Cinq ans et demi après les attentats perpétrés contre la rédaction de Charlie Hebdo, l’hebdomadaire satirique français a décidé de republier les caricatures du prophète Mohammed ﷺ, en hommage aux journalistes et dessinateurs tués.

Un choix qui ne passe pas au Maroc. Les autorités ont retiré des kiosques les journaux qui ont réédité les caricatures offensants le Prophète Sidna Mohammed ﷺ qui avaient été publiés en 2015 provoquant, alors, une attaque armée contre le siège du journal et l’assassinat d’une dizaine de personnes parmi lesquels des journalistes. 
Plusieurs journaux et magazines français ont ressorti ces caricatures et ce dans un geste de solidarité avec le magazine «Charlie Hebdo».  Dans la même veine, plusieurs journaux français, habituellement distribués au Maroc, ont également décidé de rééditer les caricatures. Tous ont officiellement été censurés dans le Royaume.




C’était à l’occasion de l’ouverture à Paris du procès de 14 personnes accusés d’avoir commis l’attaque contre du journal. Réagissant à ces publications, l’Organisation de la Conférence islamique (OCI) a condamné l’insistance du magazine français à provoquer les sentiments des musulmans en republiant des dessins qui insultent le prophète de l’islam (ﷺ) en lui accolant l’étiquette du terrorisme. 

La distribution des journaux et des magazines étrangers, notamment français, qui ont republié les fameux dessins offensants pour l’islam réédités par « Charlie Hebdo » mardi dernier a été interdite. C’est l’article 31 du Code de la presse qui en donne autorité à la direction de la communication du ministère de la Culture.
Parce que, selon cet article, ces publications étrangères contiennent les caricatures blasphématoires portant atteinte à la religion islamique.




Il s’agit donc d’une censure officielle indique la même source. Même position du côté de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) pour qui, ces caricatures “ne rendent pas service aux différences qui existent entre les cultures”.

De même, au Pakistan, des centaines de manifestants en colère ont protesté contre la réédition de ces caricatures, le 3 septembre dernier. 
Pour rappel, le Maroc avait eu la même position suite aux attentats de Charlie Hebdo, avec la promesse faite à l’époque par Mustapha El Khalfi, ancien ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement : “Nous avons interdit tous les journaux contenant les caricatures du prophète publiées dans Charlie Hebdo, et interdirons tout numéro à l’avenir publiant ces images ou d’autres portant atteinte au prophète Mohammed ﷺ” La promesse est tenue.




À lire aussi:

Charlie Hebdo: le CFCM appelle à «ignorer» les caricatures republiées du Prophète Muhammad ﷺ