Cala Iris (Al Hoceïma) s’attaque à l’aquaculture

Cala Iris (Al Hoceïma) s’attaque à l’aquaculture




La Chambre des pêches maritimes de la Méditerranée a annoncé la mise en oeuvre de plusieurs projets de mytiliculture au profit de jeunes entrepreneurs à Cala Iris dans la province d’Al Hoceïma, et ce pour une enveloppe totale de quatre millions de dirhams.




Selon la Chambre des pêches maritimes de la Méditerranée, ces projets s’inscrivent dans le cadre de sa stratégie visant à intégrer les petits investisseurs et les pêcheurs traditionnels de la Méditerranée dans le secteur de l’aquaculture, conformément à la stratégie de l’Agence nationale pour le développement de l’aquaculture et les efforts du département de la Pêche maritime à travers le plan “Halieutis”.

Il a été procédé, en juillet, à l’ouverture des plis relatifs à l’appel d’offres pour la création de projets de mytiliculture à Cala Iris dans la province d’Al Hoceima, pour un montant de 4 millions de dirhams, au profit de jeunes entrepreneurs sélectionnés.




Ceci dans le cadre d’une demande de manifestation d’intérêt supervisée par l’Agence nationale pour le développement de l’aquaculture, a précisé la même source.

Ces projets visent à intégrer les petits investisseurs et les pêcheurs traditionnels de la région dans le secteur de l’aquaculture dans le cadre du plan de développement du secteur, tout en assurant la formation, l’aide technique et l’accompagnement nécessaires aux projets, et ce afin de garantir les conditions nécessaires pour la mise en place et la réussite des projets d’aquaculture dans cette région conformément aux orientations du plan “Halieutis”. Les projets interviennent dans le cadre d’une convention de partenariat.




Un partenariat entre le ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts -Département de la Pêche maritime-, le ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration, l’Agence nationale pour le développement de l’aquaculture et la Chambre des pêches maritimes de la Méditerranée.

Cette convention a également pour but de soutenir d’autres projets de pêcheurs traditionnels dans le domaine de l’aquaculture dans la région de la Méditerranée. Deux coopératives de pêche traditionnelle ont ainsi déjà été sélectionnées dans le cadre d’une demande de manifestation d’intérêt organisée par l’Agence nationale pour le développement de l’aquaculture.