Les parlementaires réclament un audit du fonds spécial anti-covid-19 au Maroc

Des parlementaires réclament un audit du fonds spécial anti-covid-19 au royaume du Maroc




Lors de la réunion de la commission des secteurs productifs, le député du PPS Rachid Hamouni a accusé plusieurs secteurs d’avoir mal utilisé, voire dilapidé, l’argent du Fonds de gestion du coronavirus. C’est pour cela, dit-il, que tous les bénéficiaires doivent être connus et audités.




Le député du groupement du PPS, Rachid Hamouni, a accusé certaines sociétés de s’être enrichies du budget alloué à la lutte contre le coronavirus.
Du coup, il a demandé la publication de la liste de tous les bénéficiaires du Fonds de gestion anti-covid-19 ainsi que les montants perçus.
Le quotidien Al Massae rapporte, dans son édition du week-end, que le député, qui intervenait lors de la réunion de la commission des secteurs productifs, s’est étonné que le ministère de la Santé n’ait bénéficié que de 5% de ce Fonds. Pourtant, ajoute Rachid Hamouni, ce département était le plus concerné par la lutte contre la pandémie.




Le député, qui a pris la parole en présence du ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, s’est dit surpris par l’affectation de la plus grande partie du budget au ministère de l’Industrie.
Et Rachid Hamouni de marteler: «si le département de la Santé a dépensé les 2 milliards de dirhams pour acheter le matériel, les équipements médicaux ainsi que les médicaments, on ne sait pas où est partie cette manne d’argent qui a été accordée au ministère de l’Industrie».
Le député du PPS ne mâche pas ses mots envers le ministre de l’Industrie Moulay Hafid Elalamy qui, dit-il, a exploité l’argent du Fonds de gestion pour de la publicité et du marketing sans réaliser le moindre résultat probant.




D’autant, ajoute-il, que le ministre n’a pas pipé mot sur le budget qui a été alloué à son département, ni sur les marchés octroyés à une poignée de sociétés pour acquérir des équipements et du matériel pour la fabrication des masques de protection.
Le quotidien Al Massae rapporte que Rachid Hamouni a convenu que la fabrication les masques était nécessaire pour lutter contre la pandémie. Mais, précise-il, il ne faut pas la vendre comme une réalisation importante.
Ce que l’on veut savoir, ajoute le député du PPS, c’est ce qui est advenu des respirateurs artificiels pour lesquels on a dépensé l’argent du Fonds de gestion du coronavirus. Ces appareils, poursuit-il, devraient être évalués et contrôlés par le ministère de la Santé.




Ceci pour déterminer leur opérationnalité et leur efficacité. Mais Moulay Hafid Elalamy est sorti avant l’heure des bilans pour exposer ce qu’il a appelé ses réalisations alors qu’on avait un besoin pressant de ces respirateurs pour lutter contre la pandémie, souligne le député.
C’est dire, poursuit-il, que les responsables de plusieurs secteurs dans le gouvernement exploitent cette crise épidémiologie pour faire de l’autopromotion et redorer leur image. Il est donc nécessaire de publier la liste des ceux qui ont bénéficié du budget du Fonds de gestion du Covid-19 et les montants qu’ils ont perçus.
Quant aux passations des marchés, elles ont été caractérisées par de graves violations et l’on peut dire que 90% de ces transactions sentent le roussi, conclut le député Rachid Hamouni, du groupe parlementaire du PPS.