(Vidéo) L’imam pédophile incarcéré à la prison locale de Tanger

(Vidéo) L’imam pédophile incarcéré à la prison locale de Tanger




La honte. L’imam soupçonné d’abus sexuel sur des filles mineures dans un village de la commune de Melloussa relevant de la province de Fahs-Anjra a été déféré, samedi, devant le parquet général près la Cour d’appel de Tanger.




Suite au dépôt de deux plaintes pour attentat à la pudeur sur six mineures, et en se basant sur les recherches et investigations menées par la brigade judiciaire de la Gendarmerie Royale de Tanger, le suspect a été déféré devant le parquet général près la Cour d’appel de Tanger le 19 septembre 2020, a indiqué le procureur général du Roi près la Cour d’appel de Tanger dans un communiqué émanant du parquet général près cette Cour. 

Selon la même source, il a été décidé de l’ouverture d’une enquête pour suspicion d’attentat à la pudeur sur mineures.




Ceci avec violences et suspicion d’attentat à la pudeur sur mineures ayant entraîné la défloration, commis par « un fonctionnaire religieux » et ce, conformément à l’article 485, alinéa 2, et aux articles 487 et 488 du code pénal.

Incarceration du suspect à la prison locale « Tanger 1 »

Le communiqué ajoute que le juge d’instruction près la Cour d’appel de Tanger a ordonné l’incarcération du suspect à la prison locale « Tanger 1 ».

Selon les témoignages des mineures, le Fqih les suivait jusqu’aux toilettes de la mosquée, pour ensuite abuser d’elles sexuellement, et si elles ne se laissaient pas faire il les battait.




La mère de l’une des victimes a expliqué qu’elle n’avait jamais pensé qu’un Fqih pouvait abuser de sa fille qui lui avait raconté comment ce dernier l’embrassait à l’intérieur de la mosquée.  

Elle a ajouté qu’au début les habitants du village ne l’ont pas cru, avant qu’une voisine ne découvre que sa fille mineure avait été victime de harcèlement puis la révélation d’autres cas similaires.

Les éléments de la gendarmerie ont arrêté, jeudi, le fqih, 43 ans, marié et père de trois enfants, à la suite des plaintes déposées par des habitants l’accusant d’abus sexuels sur leurs filles.









À lire aussi: