Le ministère de la Santé va autoriser la vente de l’hydroxychloroquine dans les pharmacies

Le ministère de la Santé va autoriser la vente de l’hydroxychloroquine dans les pharmacies




Après que l’hydroxychloroquine ait été retirée du marché il y a des mois en raison de son utilisation dans le protocole de traitement des patients Covid-19, la voilà de nouveau dans les officines pour compléter le protocole de traitement de cette épidémie déjà entièrement disponible sur le marché pharmaceutique.




Selon Mohamed Houachi, vice-président de la Fédération nationale des syndicats de pharmaciens au Maroc (FNSPM), le ministère de la Santé autorisera prochainement la vente de l’hydroxychloroquine dans les pharmacies, une décision qui soulagerait la pression sur les hôpitaux où les attroupements sont quotidiens, notamment vis-à-vis des patients atteints de maladies chroniques, ainsi que celles atteintes de la maladie du nouveau coronavirus (Covid-19), afin qu’elles puissent trouvé une plus grande proximité du traitement.
L’hydroxychloroquine, selon le vice-président de la FNSPM, est vendue en pharmacie depuis des années, mais depuis qu’elle avait été adoptée dans le protocole de traitement de l’épidémie de Covid-19, le ministère de la Santé l’avait retirée du marché et mise en stock pour une utilisation au niveau des CHU.




Mais aussi au niveau des établissements agréés et équipés pour les soins de la maladie du nouveau coronavirus (Covid-19). Cette opération était également intervenue pour faciliter la gestion du médicament en officine, afin qu’il ne soit pas en rupture sur le marché et surtout pour parer à une éventuelle ruée vers l’hydroxychloroquine en pharmacie.
« Si le ministère avait eu raison de prendre cette décision à l’époque, la situation est aujourd’hui différente. Notre interlocuteur souligne qu’un certain nombre de malades sont traités à domicile aujourd’hui et que la mise sur le marché pharmaceutique du médicament atténuerait le fardeau de souffrances des personnes atteintes de maladies chroniques ou de la Covid-19 en elle-même, soulignant cependant la nécessité pour le ministère de confirmer la vente de médicaments avec une ordonnance.




Mais aussi avec la présentation d’un test Covid-19 ». Le ministère de la Santé du Maroc avait précédemment décidé de généraliser le traitement à la chloroquine pour chaque cas possible d’infection par le nouveau coronavirus (Covid-19) présentant des symptômes, sans attendre les résultats de laboratoire.
Les hôpitaux concernés sont tenus de débuter le traitement, conformément au protocole détaillé dans la circulaire n°023 du 24 mars relative à l’utilisation de la chloroquine, dans tous les cas possibles d’infection par le nouveau Coronavirus sans attendre les résultats de l’analyse de laboratoire. La seule condition à cela était que le traitement soit arrêté si le résultat du test est négatif, c’est-à-dire qu’il est prouvé que le patient n’est pas infecté par la Covid19.




Avant cette circulaire, les autorités sanitaires du Maroc n’utilisaient ce traitement que pour les personnes confirmées infectées par le nouveau coronavirus, mais le nombre élevé de personnes infectées et de décès avait poussé un certain nombre de médecins à appeler à l’expansion de l’utilisation de la chloroquine le plus tôt et le plus rapidement possible.
Autre décision qui devrait logiquement suivre cette mise en vente du médicament dans les pharmacies, les médecins privés pourront suivre leurs patients contaminés et isolés à domicile. Près de 90% personnes positives, sont asymptomatiques ou développent des formes bénignes et pourraient donc être suivies à domicile par leur médecin traitant et ce avec la rigueur de la procédure en conséquence, (patient isolé en chambre individuelle, masques et autres gestes barrières…)