ONU: le Maroc lance un appel à la communauté internationale

ONU: le royaume du Maroc lance un appel à la communauté internationale




Devant la 75ème session de l’Assemblée générale des Nations-Unies, le Maroc a lancé ce samedi un vibrant appel à la communauté internationale pour redoubler d’efforts afin de surmonter la crise du Covid-19 et les crises antérieures qu’elle a mis en évidence, et à repenser les stratégies de mise en œuvre de l’Agenda de développement durable.




«Cette pandémie a mis en évidence trois grandes crises interconnectées auxquelles nos sociétés font face depuis le début du siècle: la dégradation incontrôlée de l’environnement; le creusement des inégalités économiques et sociales et la hausse de la pauvreté; et les déséquilibres institutionnels face à la pandémie, la coopération internationale ayant manqué d’efficacité et de cohérence», a relevé le chef du gouvernement, Saad-Eddine El Othmani, dans un discours préenregistré diffusé lors du débat de haut niveau, à la salle de l’Assemblée générale devant les représentants des Etats membres de l’ONU.

«Les manifestations dangereuses de ces crises, et la nécessité d’y trouver des solutions urgentes, n’ont pas été provoquées par l’épidémie de la Covid 19.




Mais elles ont jeté une ombre sur nos sociétés depuis le début du troisième millénaire», a-t-il noté. El Othmani a ajouté que «ce constat a poussé le Royaume du Maroc, sous la conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, à intégrer cette vision dans la conception d’un nouveau modèle de développement intégré».

Il a rappelé que le Souverain avait lancé dès le sommet sur le développement durable en 2002 un appel pour une solidarité mondiale renouvelée en s’interrogeant si « les différentes secousses et les violentes crises que le monde a connues ne constituent-elles pas de puissants arguments pour convaincre les plus sceptiques que la réalisation d’un développement durable est l’affaire de tous, et une responsabilité partagée? ».




À neuf ans de l’échéance pour la réalisation des Objectifs de développement durable, a poursuivi le chef du gouvernement, l’engagement de la communauté internationale reste plus que jamais décisif dans le contexte de la pandémie, en ce sens qu’il concerne en premier lieu les catégories les plus vulnérables et démunies, notamment en Afrique.

Et de souligner qu’il est plus que jamais important de procéder à une réforme du système des Nations-Unies afin qu’il soit davantage en harmonie avec les changements successifs que connaît le monde et plus réactif face aux crises, à l’instar de celle de la Covid-19. « Il ne suffit plus de proclamer de simples intentions, mais il faut passer à l’action fondée sur le savoir et orientée vers les résultats », a-t-il dit.




El Othmani a fait observer dans ce sens que la riposte du Maroc face à la pandémie a été guidée par la vision clairvoyante du roi Mohammed VI, sur la base de l’anticipation, la prévention et la primauté de la santé des citoyens, permettant ainsi la mobilisation de l’ensemble des institutions et des composantes de la société pour faire face à l’urgence sanitaire.

Le chef du gouvernement a également souligné que l’urgence actuelle consiste à garantir un vaccin et un traitement à la Covid-19 de manière juste et équitable, ce qui constitue la manifestation la plus réaliste d’un système sanitaire mondial solidaire et humaniste, voire d’un réel test de l’essence même et de la portée de la coopération internationale.




Et de rappeler qu’il est important aujourd’hui de mettre à profit de la pandémie du Covid-19 pour reconstruire le système multilatéral sur des bases plus efficaces et efficientes, affirmant que le Maroc, qui reste attaché au cadre d’action multilatérale, s’engage à œuvrer avec les pays partageant cette conviction en vue d’aboutir à un ordre mondial plus juste, en harmonie et ouvert.

Cet engagement, a rappelé El Othmani, avait été mis en avant par le roi Mohammed VI au Sommet du millénaire de l’ONU en affirmant que la communauté internationale avait le devoir «de prendre l’engagement solennel d’entrer dans le nouveau millénaire en traçant une nouvelle frontière à l’humanité, faite de performance dans la justice et de compassion dans la solidarité».