Sidi Kacem: une femme victime de violences et de viol conjugal tue son mari

Sidi Kacem: victime de viol conjugal, elle tue son mari




Poussée à bout par les violences conjugales et les viols que lui faisait subir son époux, une femme a commis l’irréparable dans la ville de Sidi Kacem. Elle a asséné un coup mortel à son mari.




La police judiciaire de Sidi Kacem devait déférer, ce mardi, devant le procureur général du Roi près la cour d’appel de Kénitra une femme âgée de 36 ans, accusée d’avoir tué son mari. Le crime a mis fin à une année de vie conjugale ponctuée de viols et de multiples violences sexuelles.
Selon le quotidien Assabah, qui rapporte cet horrible fait divers dans son édition du mardi 29 septembre, l’épouse a asséné un coup fatal à son époux en guise de vengeance contre ses violences sexuelles à son égard. Au cours de la semaine dernière, précisent les sources du quotidien, l’époux l’aurait forcée à satisfaire ses désirs sexuels.




Ceci avant de la tabasser lui provoquant une fracture du bras. C’est à ce moment que l’épouse a pris un couperet pour lui asséner un coup sur la tête qui s’est avéré mortel.
Juste après ce forfait, la femme s’est dirigée vers le bureau du procureur du Roi près le tribunal de première instance de Sidi Kacem pour déposer une plainte contre son époux, l’accusant de viols, de violences sexuelles et de maltraitance sous toutes ses formes, sans signaler le crime qu’elle venait de commettre. Samedi dernier, des odeurs nauséabondes qui se dégageaient du domicile conjugal au quartier Zaouia ont alerté les voisins.




Ceux-ci ont immédiatement avisé les éléments de la police judiciaire de la ville. Ces derniers en débarquant sur les lieux ont découvert le cadavre du mari sous d’épaisses couvertures. Après le constat d’usage, la dépouille a été transférée à la morgue de l’hôpital provincial de Sidi Kacem pour autopsie.
Interpellée sur-le-champ, l’épouse a tenté dans un premier temps de nier les faits avant de s’effondrer devant les enquêteurs. Elle devait être poursuivie par le parquet général pour homicide volontaire avec préméditation et guet-apens. Cet horrible crime a eu également comme victime un bébé d’à peine deux mois. Ce dernier, qui n’a commis aucun crime, grandira orphelin.