De nouvelles opportunités pour le Maroc sur le marché britannique

De nouvelles opportunités pour le royaume du Maroc sur le marché britannique




Les opportunités à saisir post-Brexit sur le marché britannique étaient au cœur d’une rencontre organisée par l’Association marocaine des exportateurs (Asmex), en partenariat avec le cabinet Harvard Consulting à Casablanca.




«Les cartes mondiales du business sont en profonde mutation. Les différents scénarios qui se profilent à l’horizon pour la reprise économique mondiale comportent, certes, des challenges et des difficultés, mais représentent aussi des opportunités dont le Maroc peut tirer profit.
C’est le cas par exemple pour le marché britannique qui est très prometteur», a déclaré le président de l’Asmex, Hassan Sentissi Idrissi.
En effet, le Royaume-Uni, préparé à sa sortie de l’UE, a vu son activité économique bondir de 2,4% en mai puis de 8,7% en juin et 6,6% en juillet, ce qui ouvre de nouvelles opportunités pour les exportateurs marocains.




«Le Royaume-Uni et le Maroc œuvrent ensemble pour développer et renforcer leurs relations diplomatiques et économiques. L’accord bilatéral, signé en 2019, donne aux exportateurs marocains une longueur d’avance sur des pays concurrents pour profiter de la reprise post-Covid et, à partir de 2021, de l’après Brexit», soutient, pour sa part, Raphael Tirat, expert en développement commercial et recherche de partenaires commerciaux au Royaume-Uni.
Pour rappel, l’accord prévoit, entre autres avantages, le commerce des produits industriels en franchise de droits ainsi que la libéralisation des échanges de produits agricoles, agro-alimentaires et de la pêche.




Pour l’heure, les exportations marocaines sont composés majoritairement d’équipements électriques et électroniques, d’automobile, de textile, de produits agroalimentaires et de phosphates.
À noter que la demande britannique porte sur les machines et équipements de transport, les produits chimiques, les produits alimentaires avec un très grand potentiel pour le Maroc pour les fruits et légumes et produits Halal, un marché de 4,1 millions de consommateurs, amené à atteindre 13 millions d’ici 2050.
Le marché britannique vaut aujourd’hui 4,5 milliards de dollars et devrait croître de 5% annuellement dans les prochaines années. Les autres secteurs sur lesquels le Maroc a des atouts considérables sont le textile et cuir, l’automobile et l’aéronautique ainsi que l’offshoring.