Le même prêche, ce vendredi, dans toutes les mosquées du Maroc

Le même prêche, ce vendredi, dans toutes les mosquées du royaume du Maroc




Attendus pour la première prière du vendredi post-confinement, ce 16 octobre, les fidèles auront droit à un prêche unifié. Le ministère des Affaires islamiques tient à ce qu’il soit respecté à la lettre.




Le fait s’avère assez rare pour être signalé. Pour cette première prière de vendredi post-confinement, les fidèles ne devraient avoir aucune surprise.
Dans les 10.000 mosquées autorisées à accueillir cette prière, les imams se contenteront de lire un texte unifié. Le ministère des Affaires islamiques a adressé une circulaire aux délégués régionaux pour avertir les prêcheurs qu’ils n’ont le droit à aucune improvisation.
«Il faut le lire à la lettre, sans supprimer ou rajouter le moindre mot», insiste cette circulaire, signée du ministre, Ahmed Toufiq, qui invite les délégués à prévenir la Direction des mosquées du ministère de toute contravention à cette directive.




Cette décision de choisir un prêche (« khotba ») unifié pour toutes les mosquées marocaines a l’avantage de prévenir tout éventuel dérapage de religieux zélés, qui s’improviseraient épidémiologues. Sur le fond, le prêche unifié, prévu pour ce vendredi 16 octobre, traitera de la thématique de l’«attachement aux mosquées».
À travers des versets coraniques et des hadiths, il est expliqué l’importance des mosquées dans les sociétés islamiques: un lieu de rassemblement où l’on apprend et où l’on entend la bonne parole.
Sur un point plus politique, le prêche explique aux fidèles les raisons qui ont prévalu aux trois mois de fermeture totale de ces lieux de culte, une sage décision, imposée par cette crise sanitaire inédite.