(Vidéos) Espagne: démantèlement d’une cellule terroriste avec l’aide du Maroc

(Vidéos) Espagne: démantèlement d’une cellule terroriste avec la collaboration du royaume du Maroc




La police nationale espagnole a annoncé, vendredi 16 octobre, le démantèlement d’une cellule terroriste avec la collaboration du Maroc.




Des agents de la police nationale ont procédé à l’arrestation de deux individus dans le préside occupé de Melilla et dans la ville de Mogan (Las Palmas de Grande Canarie), pour leur «appartenance présumée à une organisation terroriste de recrutement et d’endoctrinement à des fins terroristes », indique la police espagnole dans un communiqué.

Cette opération, précise la même source, a été réalisée grâce à la collaboration de la Direction générale de la Surveillance du Territoire (DGST) du Royaume du Maroc et de Europol, et ce dans le cadre de l’engagement de la police espagnole.




Un engagement dans la lutte contre la menace globale que représente le terrorisme djihadiste, souligne la même source. L’enquête sur cette affaire a commencé lorsque les experts de la lutte antiterroriste ont détecté la présence d’une structure terroriste ayant des ramifications dans différents pays, relève la police espagnole.

Elle précise que la cellule «était idéologiquement liée à l’organisation terroriste d’Al-Qaïda, dont le but ultime est d’imposer un califat islamique par le biais du djihad combattant». Selon les résultats de l’enquête, les deux individus s’identifiaient à l’organisation terroriste.




Ceci dans le cadre d’une même stratégie d’action et respectaient les règles internes imposées dans ce sens. La cellule démantelée s’occupait également de l’endoctrinement de femmes présentant des indicateurs de vulnérabilité, ayant peu de formation religieuse, facilement manipulables et influençables, fait observer la police espagnole.

Deux perquisitions ont été effectuées au domicile des détenus, où les enquêteurs ont saisi de nombreux équipements électroniques, des téléphones et des documents, qui sont en cours d’analyse par les services compétents, conclut la même source.