(Vidéo) Allemagne: une marocaine porte plainte pour exploitation sexuelle de sa fille, la police classe l'affaire

Pédophilie, abus sexuels, exploitation dans des films pornographiques… Une mère marocaine lève le voile sur les “agissements honteux” d’une crèche en Allemagne.




Parfum de scandale pédo-pornographique en Allemagne. Une mère marocaine qui est actuellement résidente dans ce pays accuse une crèche, à laquelle elle avait confié la garde de sa fillette âgée de 4 ans, d’abus sexuels et d’exploitation dans des films pornographiques.
Le site Kifache, cité par Al Ahdath Al Maghribia dans sa livraison du vendredi 23 octobre, annonce avoir reçu une vidéo de cette mère, dans laquelle elle dénonce l’exploitation sexuelle et brutale de sa fillette à la crèche. Dans cette vidéo, la mère, mariée à un Egyptien résidant en Allemagne, soutient que sa fillette a été violée et exploitée pour le tournage de scènes pornographiques filmées à la crèche.




Selon elle, sa fillette lui aurait raconté que la crèche est le théâtre d’“agissements honteux” entre les institutrices et des enfants de sexe masculin. En darija, la mère dévoile dans cette vidéo le témoignage glaçant de sa fillette: “Les institutrices nous déshabillaient et nous donnaient d’autres vêtements colorés.
Ils nous maquillaient avant de nous remettre des objets sexuels à insérer entre les jambes”. “Elles nous emmenaient à la douche et prenaient leur douche avec nous”, rapporte encore la mère. Face à l’atrocité des événements racontés par sa fillette, la mère l’a emmenée chez un médecin. Chemin faisant, la mère a rapporté à la police les agissements de cette crèche.




Selon une source contactée par Kifache, la police allemande a fait la sourde oreille. “La crèche en question appartient à l’église catholique, et puisque la famille de la fillette ne maîtrise pas la langue allemande, la police allemande a préféré ne pas s’y intéresser, avant d’annoncer, sept jours après le dépôt de la plainte, que l’affaire avait été classée”, raconte cette source au fait des événements.
Craignant que l’histoire de la fillette ne devienne polémique, la police criminelle allemande s’est dépêchée de publier un rapport pour se justifier, poursuit la même source. Et selon ce rapport, l’affaire a été classée parce qu’ils n’ont trouvé que… des taches rouges sur le corps de la fillette!