France: 3 morts lors d’une attaque au couteau dans une église à Nice

France: 3 morts lors d’une attaque au couteau dans une église à Nice




Une femme a été décapitée par un agresseur armé d’un couteau qui a également tué jeudi deux autres personnes (un homme le gardien de l’église et une femme) dans une église de la ville française de Nice, a annoncé la police lors d’un incident que le maire de la ville a qualifié de terrorisme.




Le maire Christian Estrosi a déclaré sur Twitter que l’attaque au couteau s’était produite dans ou près de l’église Notre-Dame de la ville et que la police avait arrêté l’attaquant.

La police a déclaré que trois personnes étaient mortes dans l’attaque et que plusieurs autres avaient été blessées. Une source policière a déclaré qu’une femme avait été décapitée. Marine Le Pen a également évoqué une décapitation lors de l’attaque.

Le parquet antiterroriste français a déclaré qu’il avait été saisi de l’enquête pour assassinat et tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste. Des journalistes de Reuters étaient présents sur les lieux.




Ils ont déclaré que des policiers armés d’armes automatiques avaient mis en place un cordon de sécurité autour de l’église, qui se trouve sur l’avenue Jean Médecin de Nice, la principale artère commerçante de la ville.

Des ambulances et des véhicules des services d’incendie étaient également sur les lieux. Le suspect a été blessé et arrêté et alors qu’il était médicalisé sur place il criait « Allah Akbar ».

L’attaque survient alors que la France est encore sous le choc de la décapitation au début du mois de Samuel Paty, professeur au collège français, à Paris par un homme d’origine tchétchène.




L’agresseur avait déclaré qu’il voulait punir Paty pour avoir montré aux élèves des dessins animés du prophète dans une leçon d’instruction civique. On ne savait pas immédiatement quel était le motif de l’attaque de Nice, ou s’il y avait un lien avec les caricatures, que les musulmans considèrent comme blasphématoires.

Depuis l’assassinat de Paty, les responsables français – soutenus par de nombreux citoyens ordinaires – ont réaffirmé le droit d’afficher les dessins animés, et les images ont été largement diffusées lors de marches en solidarité avec l’enseignant tué.

Cela a provoqué une vague de colère dans certaines parties du monde musulman, certains gouvernements accusant le dirigeant français Emmanuel Macron de poursuivre un programme anti-islam.