Covid-19 au Maroc: une saison hivernale plus meurtrière est à craindre

Nouveau coronavirus au Maroc: «un hiver plus meurtrier est à craindre»




L’hiver risque d’être funeste au Maroc, face à la hausse vertigineuse du nombre des cas de contamination et des décès dus au Covid-19 enregistré depuis quelque semaines. En établissant un état des lieux de la situation épidémiologique, le Président de la Fédération nationale de la Santé, Afif Moulay Saïd, a mis un accent particulier sur le respect strict des gestes barrières.




Le Président de la Fédération nationale de la Santé, qui se confiait à la chaîne 2M, a relevé que situation épidémiologique au Maroc est très préoccupante, surtout au niveau de la région de Casablanca-Settat.
Un fait crucial qui aura motivé les autorités compétentes à mettre en place des mesures restrictives est le taux d’occupation au niveau des CHU de la métropole qui a atteint les 90%, souligne-t-il. Abordant la question liée à l’imminence de la saison hivernale, Afif Moulay Saïd n’a pas caché son inquiétude.
Laquelle découle du fait de la survenue à la même période de la grippe saisonnière dont les symptômes ressemblent à ceux du Covid-19. «La grippe saisonnière touche plusieurs millions de personnes à travers le monde, et fait entre 100 000 et 300 000 décès par an dans le monde à elle seule.




Si elle s’associe à la Covid-19, cela va compliquer les choses, d’autant plus que cela va accélérer la saturation des hôpitaux», fait-il observer.
Pour gérer cette situation qui s’annonce difficile, le ministère de la Santé a par anticipation augmenté les doses du vaccin antigrippal de 40%, soit 650 000 doses qui seront destinées au personnel de la Santé et aux personnes vulnérables, à livrer sur ordonnance médicale, pour être sûr de privilégier les personnes qui ont le plus besoin.
Pour réussir à nouveau à infléchir la courbe, Afif Moulay Said propose de limiter les contacts entre les personnes. «Moins ces contacts sont nombreux, moins il y a de chance de contaminer les autres ou d’être contaminé», fait-il remarquer, insistant sur le respect scrupuleux des gestes barrières, à savoir le port correct du masque, le lavage des mains à l’eau et au savon pendant 30 secondes.




Mais aussi le respect de la distanciation physique. Au sujet de la probabilité d’un reconfinement généralisé, le président de la Fédération nationale de la Santé, a affirmé que cette solution est envisageable par les autorités si elles se rendent compte que la batterie de mesures restrictives mises en place dans de nombreuses régions du royaume pour endiguer la propagation de la pandémie ne se sont pas respectées.
Pour conclure, Afif Moulay Said a affirmé que c’est le vaccin qui viendra sonner le glas de cette pandémie, appelant instamment les citoyens à respecter les gestes barrières pour limiter la propagation du virus.
«Les essais cliniques se déroulent au Maroc dans de bonnes conditions et sans aucun effet sévère, pour le moment. Nous espérons que le vaccin sera disponible d’ici décembre», mentionne-t-il.