Des MRE font l'objet de poursuites pour avoir présenté de faux tests PCR aux autorités

Des MRE font l’objet de poursuites pour avoir présenté de faux tests PCR aux autorités




Des Marocains résidents à l’étranger font l’objet de poursuites pour avoir présenté de faux tests PCR aux autorités, à l’entrée sur le territoire marocain.




En temps de pandémie, les voyages internationaux ont besoin d’un sésame autre que le passeport ou le visa. Ce sésame n’est autre qu’un test PCR prouvant que le voyageur est indemne de toute contamination à la Covid-19.
Ceci étant une obligation dans presque tous les pays, y compris le Maroc, certains sont tentés de déjouer cette contrainte en utilisant de faux résultats négatifs. Mais c’est sans compter avec la vigilance des autorités marocaines.
À en croire Al Massae dans son édition du mercredi 4 novembre, les services de sécurité opérant dans le port de Tanger Med ont débusqué des Marocains résidant en Europe qui ont présenté de fausses attestations de résultats PCR. Certains d’entre eux ont même été poursuivis pour usage de faux et ont été présentés devant le parquet.




Des sources sûres citées par le journal affirment que les autorités portuaires ont fait appel à une équipe médicale spécialisée dont le rôle est de contrôler l’authenticité des attestations fournies par les voyageurs et attestant qu’ils ne sont pas porteurs du virus Covid-19. Pour rappel, chaque voyageur doit présenter une attestation ne dépassant pas 72 heures.
Le recours à cette équipe spécialisée s’est fait pour démasquer les MRE qui recourent à l’achat de fausses attestations au sud de l’Espagne à un prix ne dépassant pas les 20 euros, pour les présenter aux agents de la douane et aux éléments de la police portuaire.
Ces MRE préfèrent prendre le risque et payer 20 euros pour ces fausses attestations au lieu de débourser 100 à 140 euros pour réaliser un vrai test dans un laboratoire. Ces attestations peuvent rapidement coûter aux MRE désirant se rendre au pays une vraie fortune.




Surtout quand plusieurs membres de la famille sont du voyage. Le journal fait remarquer que les MRE se plaignent de la cherté des tests PCR effectués en Europe, notamment les tests rapides dont le prix peut dépasser les 300 euros.
L’un des représentants de la diaspora marocaine en Espagne, cité par Al Massae, fait appel aux autorités marocaines et demande à ce que les MRE bénéficient de tests gratuits effectués aux postes-frontières à un tarif raisonnable. Ainsi, les MRE seront encouragés à revenir au pays et soutiendront le tourisme national.
Selon ce MRE cité par le journal, plusieurs familles ont annulé leur voyage au Maroc pendant les vacances à cause de la cherté des tests Covid-19. Il donne en exemple son propre cas, dans la mesure où il a dû dépenser plus de 700 euros pour effectuer les analyses pour lui-même et toute sa famille, composée de son épouse et de ses trois filles de plus de 11 ans.