PLF 2021: un parti politique préconise l’instauration d’un impôt sur la fortune au Maroc

PLF 2021: un parti politique préconise l’instauration d’un impôt sur la fortune au Royaume du Maroc




Le Parti du progrès et du socialisme pense que ce sont les plus nantis qui doivent mettre la main à la poche pour financer les frais publics et préconise dans ce sens l’instauration d’un impôt sur la fortune pour l’élargissement de l’assiette fiscale et la réalisation de l’équité fiscale.




C’est l’une des propositions parmi d’autres qui ont été faites par le groupe parlementaire de l’ancien parti communiste dans le cadre de la discussion du projet de loi de finances pour l’exercice 2021.  Cette demande n’est pourtant pas exclusive du PPS, d’autres partis et syndicats l’ont déjà présentée et pas que cette année. Lors de la discussion du PLF 2020, le ministre de l’économie, des finances et de la réforme de l’administration avait refusé cet impôt, soutenant que d’autres expériences dans le monde n’ont pas été concluantes.




Il a aussi soutenu que cela pourrait pousser les fortunes à quitter le Maroc. «Ce n’est pas le moment», avait-il tranché. Relever le seuil de taxation des personnes physiques à 20 000 dirhams (au lieu de 10 000 DH), consacrer 100.000 postes d’emploi aux docteurs au chômage figurent également parmi les propositions faites par le PPS pour ce PLF qui suscite chaque année des débats houleux mais risquent cette année d’être encore plus animés au regard de la situation socio-économique engendrée par la pandémie et de l’approche des élections.