Casablanca: Arrestation d'un turc recherché par Interpol

Recherché par Interpol, un turc arrêté à Casablanca




La police vient de tomber par hasard sur un ressortissant turc, dont il s’est avéré qu’il est recherché par son pays sur le plan international, via Interpol. Placé en garde à vue, son sort est entre les mains de la Cour de cassation, seule compétente en matière d’extradition.




Le quotidien Assabah du vendredi 13 novembre nous informe que c’est à Errahma, un pôle urbain situé en périphérie de Casablanca, entre Oulfa et Dar Bouazza, qu’un Turc avait choisi depuis un certain temps d’élire sa planque dans un appartement de standing «habitat économique».
Or ce Turc est recherché dans son pays pour appartenance à un gang criminel spécialisé dans les rapts, séquestrations, voire assassinats. Il a fait aussi l’objet d’un avis de recherche international de la part d’Interpol. Sa récente arrestation par la police à Errahma relève presque du hasard.




En effet, selon Assabah, le ressortissant turc avait acheté un smartphone dans une échoppe tenue par deux commerçants. Mais deux jours plus tard, il esr revenu se plaindre de la mauvaise qualité de la marchandise et exiger son remboursement contre restitution du portable.
Sauf que les deux commerçants ont refusé de reprendre l’appareil, surtout qu’il ne présentait à leurs yeux aucune anomalie. Finalement, les voix se sont élevées et l’atmosphère s’est empoisonnée créant un attroupement qui a imposé l’intervention de la police. Cette dernière a alors embarqué le Turc et les deux commerçants vers le commissariat de police.




Mais finalement l’enquête et les procès verbaux sur cette rixe n’iront pas loin, puisqu’il a suffi de contrôler l’identité du Turc sur le réseau pour apprendre qu’il fait l’objet d’un avis de recherche international. Après l’intervention du parquet et la Brigade nationale de la Police judiciaire, l’identité du criminel recherché a été confirmée.
Finalement, il a été placé en garde à vue, dans la cellule d’une prison, en attendant que la Cour de cassation décide de son sort. En effet, c’est cette juridiction qui est seule compétente dans les affaires d’extradition des criminels recherchés sur le plan international, explique Assabah.