L'ancien chef de gouvernement plaide pour l’ouverture des frontières entre le Maroc et l’Algérie

Benkirane déplore la fermeture prolongée des frontières maroco-algériennes




L’ancien chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane, a regretté la poursuite de la fermeture des frontières terrestres entre le Maroc et l’Algérie, soulignant que certaines familles sont séparées et privées l’une de l’autre.




«Ouvrez les frontières … ce n’est pas raisonnable», a-t-il lancé mercredi lors d’un colloque sur le thème «l’Union maghrébine, défis et enjeux». Il a poursuivi que les peuples (marocain et algérien) sont privés l’un de l’autre et qu’il y a des familles séparées par ces frontières, soutenant que certaines personnes quittent clandestinement le pays pour aller dîner chez leurs proches de l’autre côté des frontières.
« Cela nous manque d’échanger des visites avec nos frères Algériens. Ils apprécient énormément le Maroc quand ils viennent », a-t-il encore indiqué. « Le Maroc a des atouts agricoles. Pourquoi exportons-nous beaucoup de produits à l’Europe alors que nous pourrions les vendre à nos frères algériens. Pourquoi achetons-nous du pétrole russe alors qu’il se trouve chez nos frères algériens », s’est-il demandé en évoquant le volet économique.
« On ne tient pas compte de l’histoire, de l’économie ni de la raison dans cette affaire », s’est-il insurgé avant d’évoquer les recommandations religieuses qui veulent qu’on reste en contact avec les membres de la famille et les proches.