Terrorisme: ce qu’on sait sur la cellule démantelée à Inezgane et Aït Melloul

Terrorisme: ce qu’on sait sur la cellule démantelée à Inezgane et Aït Melloul




Le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) a démantelé, lundi, une cellule terroriste dans les villes d’Inezgane et d’Ait Melloul. Les membres de cette cellule affiliés à Daech planifiaient l’exécution d’opérations terroristes.




C’est un fait. Le Maroc ne badine pas avec la sécurité. En effet, grâce à la vigilance des services sécuritaires compétents, un nouveau projet terroriste a été étouffé dans l’œuf. Sur la base d’informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) a démantelé, lundi, une cellule terroriste composée de trois individus, âgés respectivement de 26 à 28 ans et affiliés à Daech, qui s’activant dans les villes d’Inezgane et d’Ait Melloul.

Le chef de cette cellule terroriste et ses complices ont prêté allégeance au calife autoproclamé de Daech, rapporte le quotidien Assabah dans son édition du mardi 24 novembre.




Citant un communiqué du BCIJ, le quotidien indique que les recherches et investigations préliminaires ont révélé que les membres de cette cellule planifiaient «l’exécution d’opérations terroristes visant à porter atteinte à la sécurité et à la stabilité du Royaume du Maroc».

Et de préciser que «les différents membres de cette cellule terroriste cherchaient à obtenir des armes à feu et des produits et substances qui sont utilisés dans la fabrication d’engins explosifs, ceci tout en faisant l’apologie des opérations terroristes de Daech dans plusieurs pays étrangers». «Un nouveau projet terroriste avorté», a titré pour sa part le quotidien Al Ahdath Al Maghribia dans son édition du même jour.




Et d’ajouter, sur la base du communiqué du BCIJ, que «cette opération s’est soldée par la saisie d’armes blanches, d’appareils électroniques et de documents à caractère extrémiste». Les mis en cause ont été placés en garde à vue afin d’approfondir l’enquête avec eux sous la supervision du parquet compétent, en attendant de les déférer devant la justice, dès clôture de l’enquête.

Cette opération intervient dans un contexte marqué par la recrudescence des menaces terroristes visant la sécurité du Royaume, et la persistance d’individus imprégnés de l’idéologie extrémiste à servir les agendas destructeurs des différentes organisations terroristes, souligne de son côté le quotidien Al Akhbar dans son édition de ce mardi 24 novembre.




L’opération s’inscrit dans le cadre de l’approche anticipative du Maroc, visant à neutraliser les cellules terroristes avant leur passage à l’acte. Ainsi, rappelle Al Akhbar, les services sécuritaires ont dernièrement neutralisé des cellules terroristes dans les villes de Tanger, Tiflet, Témara et Skhirat.

Les perquisitions et opérations de ratissage menées dans des locaux et appartements exploités par les mis en cause, âgés entre 29 et 43 ans, qui en avaient fait des lieux sécurisés et des bases arrière de soutien logistique, ont permis de saisir trois ceintures explosives contenant des tubes pour charger des objets explosifs, quinze bouteilles contenant des matières chimiques suspectes et d’autres produits, précise encore le quotidien.