El Guerguerat: le "polisario" et l’Algérie admettent leur défaite

El Guerguerat: le « polisario » et l’Algérie admettent leur défaite




Quand l’agence de presse algérienne officielle parle de «l’édification d’un nouveau mur», c’est qu’elle a décidé de sortir du déni et reconnaître le contrôle du Royaume sur cette zone frontalière entre le Maroc et la Mauritanie.




Et voilà enfin qu’ils se résignent à voir la vérité! Après plusieurs jours à vivre dans le déni et à véhiculer de fausses prouesses militaires en poussant le burlesque jusqu’à procéder à de grotesques montages de jeux vidéos, voilà que le Polisario et son sponsor officiel admettent ouvertement que la zone d’El Guerguerat est définitivement sous contrôle marocain.
Ce 24 novembre, l’Agence de presse officielle algérienne (APS) a clairement reconnu dans une dépêche que les FAR ont procédé à «l’édification d’un nouveau mur» en citant des «rapports fiables parvenus d’El-Guerguerat». Une reconnaissance directe de la part d’Alger de la sécurisation définitive du passage frontalier entre le Maroc et la Mauritanie.




C’est là où les incursions à répétition du Polisario obstruaient le trafic commercial et civil. Une situation dénoncée par le concert des nations, qui a d’ailleurs salué l’intervention des Forces armées royales pour sécuriser la zone. Évidemment la dépêche de l’APS est restée fidèle à son ton plein de haine envers le Royaume.
L’article en question a été enrobé dans le traitement d’une obscure organisation sahraouie: le Bureau sahraoui de coordination des actions anti-mines, ce type de structure qui n’est même pas reconnue par ses propres membres, et qui se permet pourtant de donner des leçons en matière de déminage de la zone. Il n’en demeure pas moins que l’APS offre un périscope clair de la situation sur le terrain.




Ceci quand bien même certains médias algériens s’entêtent à vendre une «riposte rapide, ferme et courageuse» d’une pseudo-«armée de libération populaire sahraouie», à peine en train de se constituer à coup de pression sur des réfugiés dans des camps d’oppression, et contraints de porter les armes.
C’est sans doute là un baroud d’honneur d’Al Moujahid et ses confrères, qui, un moment ou à un autre, seront bien forcés d’enlever leurs œillères anti-marocaines et admettre la victoire du Royaume, tant sur le plan militaire que diplomatique. La bataille d’El Guerguerat est terminée avant même d’avoir lieu, et le problème de l’accès terrestre à la frontière mauritanienne est définitivement derrière le Royaume.