La décision de Bahreïn d'ouvrir un consulat à Laâyoune expliquée par son ambassadeur au Maroc

La décision de Bahreïn d’ouvrir un consulat à Laâyoune expliquée par son ambassadeur au Royaume du Maroc




La décision du Bahreïn d’ouvrir un consulat général dans la ville de Laâyoune reflète les positions constantes de ce pays en faveur de l’intégrité territoriale et l’unité nationale du Royaume du Maroc frère, a affirmé vendredi l’Ambassadeur du Bahreïn à Rabat, Khalid Bin Salman bin Jabr Al-Musallam.

Khalid bin Salman bin Jabr Al-Musallam, ambassadeur de Bahreïn au Maroc
Khalid bin Salman bin Jabr Al-Musallam, ambassadeur de Bahreïn au Maroc





Dans une déclaration à la MAP, le diplomate bahreïnien a souligné que « la décision du Royaume du Bahreïn d’ouvrir un consulat général dans la ville de Laâyoune, suite à l’appel téléphonique reçu hier par le Roi Mohammed VI de son frère le Roi Hamad Ben Issa Al Khalifa, reflète les positions constantes du Royaume du Bahreïn en faveur de l’intégrité territoriale et de l’unité nationale du Royaume du Maroc frère, et traduit l’exemplarité des relations maroco-bahreïnies et les liens de fraternité, d’amour, de sincérité et d’unité de destin ».




L’inauguration d’un consulat général du Royaume du Bahreïn à Laâyoune « n’est pas une position symbolique, mais plutôt une décision concrète, qui vient consacrer le soutien ferme et continu du Royaume du Bahreïn au Royaume du Maroc, et incarne des relations politiques solides, fondées sur la fraternité et la solidarité, en défense de la souveraineté des deux pays frères et de leur unité nationale », a-t-il ajouté. Le Royaume du Bahreïn aspire à ce que ce pas donne une forte impulsion aux relations entre les deux royaumes.




Ceci pour hisser les deux royaumes à des perspectives plus larges, a-t-il souligné. Le diplomate bahreïnien a, en outre, exprimé le soutien de son pays aux mesures prises par le Royaume du Maroc pour garantir le flux des biens, marchandises et personnes entre le Royaume du Maroc et la République Islamique de Mauritanie, au niveau de la zone d’El Guergarat, au Sahara marocain, dénonçant toute pratique qui pourrait perturber la circulation dans ce passage commercial vital entre le Maroc et sa profondeur africaine.