Le Maroc gagne 5 places en matière d’attractivité dans les énergies renouvelables

Le Maroc améliore son classement dans le secteur des énergies renouvelables




Le Maroc a gagné cinq places en matière d’attractivité dans le secteur des énergies renouvelables. C’est ce qu’indique le cabinet londonien Ernst & Young (EY) dans son dernier indice d’attractivité des énergies renouvelables (RECAI).




Outre le Royaume du Maroc, le Portugal et le Vietnam ont également gagné cinq places. Le royaume doit certainement ce bond à l’investissement qu’il fait dans le secteur. En tout, 5,65 milliards de dollars ont été injectés dans les énergies renouvelables au cours des 10 dernières années. Un investissement qui sera renouvelé pour la prochaine décennie.
Autres perspectives : «accélérer le processus de la transition énergétique pour installer le Royaume du Maroc dans la croissance verte». La France, la Suisse perdent, elles, respectivement quatre et 11 places. Quant à Israël et à la Jordanie, ils reculent de six places dans cette liste.




Dans le top 10, on retrouve les États-Unis qui conservent la première place grâce au soutien important des plans de relance du Covid-19 destinés aux projets d’énergie renouvelable et au potentiel retour dans les Accords de Paris sur le climat, suivis de la Chine qui maintient leur deuxième place, de l’Australie (3ᵉ), l’Inde (4ᵉ), le Royaume-Uni (5ᵉ), l’Allemagne (6ᵉ), la France (7ᵉ) et du Japon (8ᵉ).
Les Pays-Bas et l’Espagne ferment la marche du podium. C’est la première fois que l’Australie atteint une position plus élevée dans l’histoire du RECAI. Ceci est le fruit des annonces de méga-projets de solaire et d’hydrogène destinés à l’export.