Le projet de tunnel reliant le Maroc à l’Espagne refait surface

Le projet de tunnel reliant le Royaume du Maroc à l’Espagne refait surface




Sans cesse renvoyé aux calendes grecques depuis 20 ans, le projet de tunnel reliant le Maroc à l’Espagne a refait surface ces derniers jours, sous l’impulsion du nouveau patron de Secegsa, la société étatique espagnole en charge de ce projet pharaonique.




Au point mort depuis presque deux décennies, le projet de liaison entre le Royaume du Maroc et l’Espagne à travers un tunnel sous le Détroit de Gibraltar est-il relancé?
Selon le site d’information espagnol Europasur, le nouveau président exécutif de la société Secegsa, en charge de ce projet, a effectué une visite de terrain à Tarifa, au cours de laquelle le maire de cette ville a été informé que «le projet de construction d’une infrastructure reliant l’Espagne au Maroc se poursuit».
Lors de cette visite, les responsables de la ville de Tarifa et le patron de la Secegsa, société étatique qui dépend du ministère espagnol des Transports, ont convenu de développer conjointement des actions d’information et de communication afin de promouvoir ce projet pharaonique.




Le projet le plus viable, selon les études menées par Secegsa en 2018, est un tunnel de 38,67 kilomètres de long qui relie les deux rives du Détroit, indique la même source.
Sur le total, 27,75 kilomètres correspondent à la section sous-marine, avec une profondeur maximale de 475 mètres et une pente de 3%. Les études ont montré, en outre, qu’en aval du Détroit, deux zones de brèches ont été localisées, totalisant environ 4 kilomètres de longueur, avec toutefois un sol argileux et difficile à creuser.
Cependant, ajoute le site Europasur, après une étude menée par l’Université de Zurich, en collaboration avec la société Herrenknecht, le plus grand fabricant de tunneliers au monde, il a été conclu qu’il est possible de construire une machine qui puisse traverser cette zone difficile.