Vaccins anti-covid-19: la mise en garde d'Interpol

Vaccins anti-covid-19: la mise en garde d’Interpol




L’Organisation internationale de police criminelle, Interpol a mis en garde ses 194 membres, dont le Maroc, contre une potentielle activité criminelle liée à la contrefaçon, au vol et à la promotion illégale de vaccins contre la Covid-19.




Les vaccins contre la Covid-19 et les matériels médicaux concernant ce segment seraient ciblés par les bandes du crime organisé, notamment sur la Toile. En effet, l’Organisation internationale de police criminelle, Interpol, a localisé et identifié environ 3.000 sites illicites qui commercialisent des médicaments et du matériel médical dans des conditions douteuses sur la Toile.
Et dans une notice orange d’alerte sécurité adressée à ses 194 membres, dont le Maroc, Interpol prévient d’une «potentielle activité criminelle liée à la contrefaçon, au vol et à la promotion illégale de vaccins contre la Covid-19 et la grippe», rapporte le quotidien arabophone Assabah.




Dans cette note, Interpol indique avoir déjà constaté «la promotion, vente et administration de faux vaccins contre le coronavirus Covid-19». Dans un communiqué, poursuit le quotidien, le secrétaire général d’Interpol, Jürgen Stock, souligne que les actions de ces bandes criminelles constituent «un risque important pour la santé, voire la vie des victimes».
Et d’ajouter qu’«il est essentiel que les autorités soient autant préparées que possible face à l’irruption à venir de tous types d’activités criminelles liées aux vaccins contre la Covid-19». Par ailleurs, ajoute le quotidien, la Chine a appelé vendredi à l’ONU à faire de la sécurité sanitaire publique une priorité sur l’agenda international.




Ceci tout en s’efforçant d’en améliorer le système de gouvernance. Dans une intervention prononcée à l’occasion d’une session spéciale de l’Assemblée générale des Nations Unies en réponse à la pandémie de la Covid-19, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a appelé à davantage d’aide en faveur des pays en développement.
«La Banque mondiale, le Fonds monétaire international et d’autres sont appelés à fournir plus d’incitations financières pour soulager les pressions sur les pays en développement», a-t-il souligné. De même, il a préconisé une coordination du contrôle de la Covid-19 et du développement économique et social.