Les projets d'infrastructures au nord du Maroc inquiètent en Espagne

Les projets d’infrastructures au nord du Royaume du Maroc inquiètent en Espagne




Le journal El Espanol a consacré un article aux différentes infrastructures prévues dans les provinces du Nord du Maroc, principalement celles adjacentes de Ceuta et Mellila. Le média espagnol a affirmé que le roi Mohammed VI «a concentré sa stratégie sur le développement des régions adjacentes à l’Espagne, au détroit de Gibraltar et de la mer Méditerranée».




Ainsi, le journal cite des «méga infrastructures dans le nord» du royaume, expliquant comment le gouvernement marocain «a mis fin aux douanes commerciales avec Melilla via le passage de Beni Ensar le 1er août 2018» et «souhaite désormais aller plus loin en désactivant les liaisons aériennes avec la ville autonome espagnole».
Pour El Espanol, le joyau de cette stratégie reste «l’aéroport international d’Al Aaroui», à 30 kilomètres de Melilla.
Le lancement des travaux d’expansion par le roi Mohammed VI, devrait permettre de devenir «le deuxième au Maroc, après celui de Casablanca».




Le média cite aussi le projet de «tramway», prévu pour 2025, qui reliera l’aéroport au port de Beni Ensar, en passant par Nador.
En somme, le Royaume du Maroc «souhaite que l’aérodrome remplace celui de Melilla, à en juger par les plans du tramway, dont l’itinéraire ne se termine pas à la frontière mais entrerait dans la ville espagnole».
«Tout a été étudié pour qu’Al Araoui éclipse l’aéroport de Melilla avec un faible trafic, situé à côté de la frontière marocaine. Actuellement, en l’absence d’accord avec le Royaume du Maroc, les avions doivent effectuer des manœuvres difficiles.




Ceci lors des décollages et atterrissages pour éviter de pénétrer dans l’espace aérien du pays voisin.»
Tout en citant un projet d’infrastructure hôtelière de 32 000 lits ou encore le futur port de Nador West Med, El Espanol affirme qu’«avec la modification du plan d’urbanisme du Grand Nador et le projet industriel Marchica, toutes les villes du nord du Royaume du Maroc seront unifiées pour créer un potentiel économique et touristique à la manière de Casablanca.
Un résultat qui viserait, selon le journal, à «éclipser Ceuta et Melilla» et «pour forcer une co-souveraineté» des deux villes.