L'universitaire marocaine Hajar Mousannif remporte le 1er prix du "Women Tech"

L’universitaire marocaine Hajar Mousannif remporte le 1er prix du « Women Tech »




L’Enseignante- experte en Intelligence artificielle (IA) à l’Université Cadi Ayyad (UCA) de Marrakech, Mme Hajar Mousannif a remporté le 1er prix de la catégorie « Global AI Inclusion Award » dans le cadre du prestigieux prix « Women Tech », qui récompense les femmes qui rayonnent à l’international dans le domaine des hautes technologies. L’annonce des résultats des votes a eu lieu récemment, lors d’une cérémonie virtuelle.




Pour ce prestigieux Prix de la Catégorie « Global AI Inclusion Award », Mme Hajar Mousannif a été en lice avec 06 autres candidates représentant plusieurs pays.
À cette occasion, le ministre délégué en charge de l’enseignement Supérieur et de la recherche scientifique, M. Driss Ouaouicha, a chaleureusement félicité Mme Hajar Moussanif pour cet exploit.
«C’est un grand bonheur et une grande fierté pour le Maroc, mon pays, pour la femme marocaine et arabe et pour l’université Cadi Ayyad de Marrakech», a-t-elle déclaré à la MAP, tout en adressant ses remerciements à l’ensemble des Marocains pour leur soutien lors des votes. Et de poursuivre qu’elle a beaucoup travaillé, ces dernières années, sur l’IA.




Mais aussi sur plusieurs projets qui ont eu un écho mondial, estimant que le Maroc est doté de grandes compétences dans le domaine de l’IA, qui doivent bénéficier d’un grand intérêt et d’un grand soutien.
La jeune enseignante-chercheure, connue pour ses multiples inventions technologiques, est professeure de machine learning et d’analyse de données massives à la Faculté des Sciences Semlalia relevant de l’Université Cadi Ayyad de Marrakech.
Cette enseignante-chercheur est titulaire d’un diplôme d’ingénieur d’État obtenu en 2005 de l’Institut national des postes et télécommunications (INPT) et d’un doctorat en informatique obtenu de l’Université Cadi Ayyad, sur ses travaux sur les réseaux de capteurs sans fil et les réseaux de véhicules.




Elle compte à son actif plusieurs brevets d’invention en intelligence artificielle, dont un sur le « système ambiant de rétroactions et d’évaluation des apprentissages des étudiants » et un autre sur la « diffusion de contenu personnalisé en se basant sur la reconnaissance des émotions via les terminaux mobiles ».
En plus de son expérience académique, elle a présidé le comité de programme de nombreuses conférences internationales. Hajar Mousannif a été sélectionnée parmi les 5 meilleures chercheuses d’Afrique du Nord.
Elle a reçu de nombreux prix internationaux, tels que le prix L’Oréal-Unesco et le prix d’excellence Emeraude Litterati. Les principaux intérêts de recherche de cette universitaire incluent l’IA.




Mais aussi l’apprentissage automatique, le Big Data, l’IoT, l’interaction homme-machine et les technologies de nouvelle génération.
Le réseau Women Tech, basé à Mountain View dans l’Etat de Californie (au cœur de la Silicon Valley), promeut la diversité du genre dans la technologie. Comptant plus de 100.000 membres dans 181 pays, le réseau connecte les talents avec les grandes entreprises et startups leaders valorisant la diversité.
Ce prix féminin mondial, créé il y a deux ans par Ayumi Moore Aoki, récompense des filles et femmes d’exception porteuses d’innovation dans le domaine des hautes technologies. Il vise notamment à contribuer à réduire l’écart entre les femmes et les hommes en matière de technologie.