L’industrie marocaine se porte bien malgré la crise de la Covid-19

MHE: « L’industrie marocaine se porte bien malgré la crise de la Covid-19 »




L’industrie marocaine se porte bien, malgré le contexte particulier de la crise de la Covid-19, a affirmé le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie Verte et Numérique, Moulay Hafid Elalamy.




« En août 2020, tous les secteurs ont enregistré des hausses supérieures à celles observées durant la même période de l’année précédente, à l’exception de l’aéronautique qui a connu une baisse de 14% », a fait savoir Elalamy lors de la rencontre « Carrefour Diplomatique », avec des Ambassadeurs étrangers accrédités au Maroc.
À partir de juillet 2020, la majorité des secteurs industriels a dépassé les niveaux atteints en 2019, a-t-il noté, relevant toutefois que malgré ce redémarrage, nous n’allons pas retrouver des niveaux supérieurs sur l’ensemble de l’année, comparativement à 2019, compte tenu de l’impact de l’arrêt de l’activité sur l’industrie marocaine.
À cette occasion, Elalamy a mis en exergue les stratégies industrielles nationales.




Elles sont portées au plus haut niveau par le Roi Mohammed VI, permettant de s’inscrire dans la continuité et la longévité, tout en enchaînant des résultats probants.
Le long souffle donné à ces stratégies permet non seulement de les pérenniser, mais également de les ajuster au fur et à mesure du changement des gouvernements, sans pour autant les changer, a souligné Elalamy.
Ainsi, le ministre est revenu sur l’exemple du secteur automobile, qui a su au fil du temps s’imposer et occuper une place importante dans l’industrie nationale, ce qui a donné lieu à une volonté d’accélérer son industrialisation. C’est dans cette perspective que le plan d’accélération industrielle a vu le jour, en vue de consolider les acquis, a-t-il soutenu.




Il a relevé que ce plan trouve ses racines dans les plans précédents, tout en y apportant des modifications notamment au niveau de la création des écosystèmes et d’un fonds de développement industriel pour accompagner les opérateurs.
Rappelant que ce plan s’est fixé des objectifs stratégiques et ambitieux, à travers la création de 500.000 nouveaux emplois et la production de 600.000 véhicules à l’horizon 2023, Elalamy a fait observer que ces objectifs ont été dépassés à fin 2019, avec la création de 505.000 emplois et la création de 700.000 véhicules par an.
À cet égard, il a mis en relief les changements notables au niveau du tissu industriel marocain durant ces dernières années, notant que plusieurs secteurs ont connu un fort développement.




Dont notamment l’automobile qui est devenu, depuis 4 ans, le premier secteur exportateur du Maroc devant les phosphates.
Organisée à l’initiative de la Fondation Diplomatique, la 94 ème session du « Carrefour Diplomatique », s’est déroulée avec la participation d’environ 50 Ambassadeurs et Représentants d’Organisations Internationales, dont 12 en présentiel, et le reste par vidéoconférence.
Cette rencontre a constitué une occasion pour les Ambassadeurs étrangers qui sont accrédités au Royaume du Maroc de prendre connaissance de l’état d’évolution de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie Verte et Numérique du Royaume du Maroc et d’échanger sur les moyens de développer l’économie marocaine.