Cyberattaques: des sociétés marocaines victimes d’escroqueries font appel à Interpol

Cyberattaques: des sociétés marocaines font appel à Interpol




Des hackers ont piraté les courriers électroniques de sociétés marocaines et de leurs fournisseurs à l’étranger pour leur extorquer de l’argent. Les malfaiteurs en ligne ont usé d’un compte bancaire dans lequel ils ont transféré le montant des transactions entre ces divers partenaires.




Des sociétés marocaines ont été victimes d’escroquerie par des hackers qui ont piraté les messageries électroniques de leurs fournisseurs pour détourner des fonds.
Le quotidien Assabah rapporte, dans son édition du week-end, que ces pirates informatiques ont profité de la période de confinement pour subtiliser les courriers électroniques de grandes sociétés internationales.
Ils s’en sont servis pour adresser des messages aux entreprises marocaines les informant de l’ouverture de nouveaux comptes bancaires où ils devaient transférer le montant de leurs créances.
Ni les fournisseurs étrangers, ni les clients nationaux ne se sont aperçus de cette escroquerie qui leur a coûté des sommes considérables.




La dernière victime en date est une société marocaine de textile qui entretient des relations commerciales avec de grandes entreprises en Europe et en Amérique du Nord.
Cette société et d’autres victimes des hackers ont décidé de porter plainte auprès des services de sécurité avant de transmettre leurs dossiers à l’antenne d’Interpol à Rabat.
Selon certaines sources, la société textile avait reçu un courrier électronique d’un fournisseur français lui demandant de transférer le montant d’une transaction sur un nouveau compte bancaire.
Les dirigeants de la société marocaine n’ont pas tardé à s’acquitter de leur dû. Mais quelque temps plus tard, le fournisseur leur a adressé un message.




Il leur a demandé des explications sur le retard de paiement de cette facture. Le quotidien Assabah rapporte que les dirigeants de la société marocaine ont fait savoir à leur fournisseur qu’ils avaient déjà transféré le montant de la facture sur le nouveau compte.
Les dirigeants de la société française, tout aussi étonnés, ont informé leurs partenaires marocains n’avoir envoyé aucun message de ce genre.
À l’issue de recherches, il s’est avéré que des hackers espionnaient la messagerie électronique de la société marocaine.
Les malfaiteurs en ligne ont attendu l’approche de la date de paiement pour pirater le compte de la société française de laquelle ils ont envoyé le courrier électronique.