Une campagne incite à ne pas fumer dans les lieux publics au Maroc

Une campagne incitant à ne pas fumer dans les lieux publics divise la Toile




La toile marocaine continue de s’activer par une nouvelle campagne intitulée « ماتصوطش عليا سمك » (n’expire pas ton poison sur moi) lancée sur le réseau social Instagram, incitant à dissuader les gens de fumer dans les lieux publics.




En effet, c’est le présentateur télé marocain Hicham Masrar qui est à l’origine de cette action à travers une image postée sur son compte Instagram, où on repère l’animateur avec un symbole « Interdit de fumer » et l’hashtag « ماتصوطش_عليا_سمك « », qu’il a partagé son initiative avec ses 3 millions d’abonnés.
La publication a été appuyée par une légende en arabe dialectal expliquant sa volonté. « Fumer dans les lieux publics reflète le sous-développement.
Tous ensemble pour l’adoption d’une loi qui interdit cette pratique. Si tu veux nous aider partage ce post et tague moi. Le changement commence par nous-même », lit-on sous le post. L’idée lui est venue suite à une mauvaise expérience vécue avec sa famille dans un café à Casablanca. « Nous étions en train de prendre le petit déjeuner dans un café mes enfants, ma femme et moi.




Quand soudain nous fûmes dérangés par l’odeur de la cigarette d’une fumeuse assise à côté. Je n’ai pas eu l’audace de lui demander d’aller fumer ailleurs, nous étions alors obligés de changer de place », raconte le présentateur télé dans une déclaration à la MAP. Il a alors partagé cette histoire avec ses « followers » qui ont été très réceptifs et c’est ainsi que la campagne « ماتصوطش عليا سمك » est née.
Quant au choix de l’appellation, il s’est fait naturellement. « Je n’ai pas pensé cent fois avant de choisir ce nom. Je considère que la cigarette est un poison, chacun est libre de fumer mais il n’est pas libre de faire fumer l’autre malgré lui », explique Hicham.
Quand Masrar a diffusé cet hashtag sur son compte Instagram, son objectif principal était de sensibiliser les addicts à la cigarette d’éviter de fumer dans les lieux publics.




Aussi, par cette publication, Hicham s’est adressé à ses fans pour qu’ils republient son post et ainsi créer un effet boule de neige et toucher d’autres internautes et pourquoi pas les autorités publiques.
« J’aimerai bien que cette campagne arrive aux législateurs et les fasse réagir en modifiant la loi n° 15-91 déjà existante, relative à l’interdiction dans certains lieux, en ajoutant les cafés et les restaurants à ces lieux, par exemple », précise l’initiateur de la campagne.
« Likée » plus de 29 mille fois et partagée à des milliers de reprises sur la toile, l’initiative « ماتصوطش عليا سمك » a beaucoup fait réagir les internautes marocains. Plusieurs d’entre eux n’ont pas hésité à exprimer leur soutien et leur encouragement. « Bravo Hicham !!! Nous sommes avec toi », commente une internaute.




« Je suis tout à fait d’accord, j’encourage ton initiative », s’exprime un deuxième. En revanche, cette nouvelle opération a aussi suscité le mécontentement d’un grand nombre de personnes. « Les gens se sont sentis touchés dans leur intimité, ils ont cru que je les obligeais d’arrêter de fumer complètement. J’ai même été harcelé en messages audio », raconte Masrar à la MAP.
Malgré ce bémol, l’animateur croit en cette initiative et lui trouve un énorme potentiel à saisir pour faire changer les choses. « Je ne m’arrêterai pas sur ce post instagram et sur les partages des internautes.
Je veux concrétiser cette action en allant à la rencontre des fumeurs passifs et actifs dans la rue pour les sensibiliser de vive voix », confie l’initiateur de la campagne. Il faut savoir que depuis 1996, le Maroc dispose de la loi n° 15-91 relative à l’interdiction de fumer.




Mais aussi de faire de la publicité et de la propagande en faveur du tabac dans certains lieux. Cette dernière stipule, dans l’article 4, que ces lieux sont les établissements publics, les bureaux administratifs, les hôpitaux, les centres de santé, les moyens de transports, les théâtres, les salles de cinéma et les établissements d’enseignement.
Les dernières statistiques du ministère de la Santé indiquent que la prévalence du tabagisme au Maroc est de 13,4% chez les adultes âgés de plus de 18 ans, dont 26,9% des hommes et 0,4% des femmes (2018), et celle chez les élèves âgés de 13 à 15 est de 6% (2016), alors qu’environ 35,6% de la population est exposée au tabagisme passif dans les lieux publics et professionnels.
Ces chiffres dessinent le contexte dans lequel une telle campagne trouve sa place aujourd’hui. Affaire à suivre !