(Docs) Le régime algérien ordonne d’unifier le prêche du vendredi pour s’attaquer au Maroc

(Documents) Le régime algérien ordonne d’unifier le prêche du vendredi pour s’attaquer au Royaume du Maroc




Sur ordre des autorités gouvernementales algériennes, les imams des mosquées ont été appelés à unifier, à travers tout le pays, leur prêche de ce vendredi 18 décembre pour s’attaquer au Maroc, suite à la reprise de ses relations avec Israël.




Pour le régime algérien, tous les moyens sont bons pour inciter à la haine contre le Maroc. Cette fois-ci, ce sont les imams des mosquées qu’il tente d’enrégimenter dans cette sale besogne.
Ainsi, dans une circulaire datée du 17 décembre 2020, le ministère algérien des Affaires religieuses a ordonné aux imams des mosquées, à travers toutes les wilayas du pays, d’unifier leur prêche de ce vendredi 18 décembre pour le consacrer uniquement aux derniers développements intervenus dans le dossier du Sahara.





Il a été officiellement et plus particulièrement notifié aux imams d’aborder ce dossier, dans leur sermon, sous l’angle de la normalisation des relations entre le Maroc et Israël, dans une tentative de minimiser le tournant décisif imprimé par les dernières victoires remportées par le Maroc, et particulièrement la reconnaissance par les Etats-Unis d’Amérique de la marocanité du Sahara.





Le ministère algérien des Affaires religieuses incite, dans sa circulaire, à dénoncer ce qu’il appelle «la complicité et la conspiration du colonialisme, de l’occupation… à travers la normalisation des relations avec l’entité usurpatrice au détriment des principes de l’humanisme, de la fraternité, de la foi et du droit des peuples à l’autodétermination».
Pour tenter de justifier ces allégations bidon, il est surtout demandé aux imams de faire le parallèle entre «ce qui se passe à nos frontières, au Sahara occidental» avec la «politique de colonisation des territoires palestiniens par Israël».




Ceci tout en mettant en exergue «la position constante de l’Algérie en matière de soutien aux causes justes», tout en rappelant la prétendue unité en Algérie entre «peuple, armée et institutions». Cependant, il a été constaté que l’incitation à comparer le Sahara à la Palestine n’a pas été suivie par les imams.
Ainsi, le prêche de l’imam de la mosquée de l’Émir Abdelkader à Constantine, diffusé en direct par la télévision publique algérienne à partir de 12h45 (heure marocaine et algérienne), n’a à aucun moment abordé la question du Sahara. Il a juste effleuré le sujet en parlant de l’arrivée «de l’entité sioniste à nos frontières».




Il s’agit de la seule référence au Royaume du Maroc. Néanmoins, l’injonction donnée par le gouvernement algérien aux imams montre que le régime a échoué dans sa tentative à créer un «front intérieur» auquel appellent, de toutes leurs forces, l’armée et ses supplétifs ainsi que les ministres.
Devant cet échec, il ne restait plus que la tentative de transformer les mosquées en relais de la propagande du régime, dans l’espoir de mobiliser des Algériens qui ont des préoccupations à mille lieues du dossier du Sahara. Cette circulaire de la honte apporte la preuve d’un régime en fin de vie.