Ceuta et Melilla: VOX appelle à des mesures contre «la guerre économique déclenchée par le Maroc»

Ceuta et Melilla: VOX appelle à des mesures contre «la guerre économique déclenchée par le Maroc»




Le parti espagnol d’extrême-droite VOX a surfé, cette semaine, sur les déclarations du chef du gouvernement marocain sur Ceuta et Melilla. Par l’intermédiaire de la députée et du sénateur de Ceuta, Teresa López et Yolanda Merelo, des questions ont été posées au Congrès et au Sénat de l’Espagne par la formation politique dirigée par Santiago Abascal, écrit jeudi Ceuta TV.




Ainsi, Vox a demandé au gouvernement de Pedro Sanchez de rendre compte de «la position qu’il adoptera après la convocation de l’ambassadrice du Maroc en Espagne».
Teresa López a demandé également à l’exécutif de Sánchez s’il va «mettre un terme à l’offensive marocaine à l’égard de la ville de Ceuta et à l’égard de la ville de Melilla». L’élue a estimé qu’il est «regrettable» que seule l’ambassadrice ait été appelée. «L’Espagne est un pays souverain et ce que son gouvernement devrait faire, c’est la défendre», a-t-elle plaidé.




Teresa López accuse l’exécutif espagnol de «lâcheté» et de «faiblesse». «Il est absurde que, face à l’intention expansionniste du Royaume du Maroc, le Premier ministre n’a pas fait une seule déclaration, de sorte que ce soit la dernière fois que le Maroc fasse référence à Ceuta et Melilla avec des prétentions annexionnistes et que les deux villes autonomes ne soient plus appelées colonies ou enclaves.»
De son côté, la sénatrice Yolanda Merelo a posé une autre série de questions à la Chambre haute, en début de semaine.




Elle a interpellé Pedro Sanchez sur un éventuel «rappel de l’ambassadeur d’Espagne à Rabat pour consultations». Elle a aussi demandé à l’exécutif espagnol s’il adoptera «des contre-mesures dans le but de reconnaître la souveraineté espagnole sur les deux villes autonomes et de respecter des engagements internationaux signés par les deux pays».
Yolanda Merelo a également appelé Sanchez à communiquer sur les mesures que le gouvernement espagnol compte mettre en œuvre pour «faire face à cette guerre économique déclenchée par le Maroc».