Entretien entre Moulay Hafid Elalamy et le ministre israélien de l'Économie

Entretien par visioconférence entre Moulay Hafid Elalamy et Amir Peretz, ministre israélien de l’Économie




Le ministre marocain de l’Industrie et le ministre israélien de l’Économie ont notamment abordé les perspectives du partenariat industriel entre les deux pays. Plusieurs secteurs à fort potentiel ont été identifiés.




Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Économie verte et numérique, a tenu, ce lundi 28 décembre, une visioconférence avec Amir Peretz, ministre israélien de l’Economie et de l’Industrie. Au cours de cet échange, les deux responsables ont évoqué les perspectives de coopération industrielle entre les deux pays.
Selon le compte Twitter d’Elalamy, plusieurs secteurs offrant des perspectives prometteuses de coopération ont d’ores et déjà été identifiés. Il s’agit notamment du secteur textile, de l’industrie alimentaire, de la recherche appliquée dans l’industrie.




Mais aussi les technologies vertes, ainsi que l’industrie des énergies renouvelables. Notons que cet entretien entre les deux ministres intervient alors qu’une délégation marocaine, composée exclusivement de techniciens, est arrivée dimanche 27 décembre, à Tel-Aviv pour une mission axée sur la réhabilitation de l’ancien bureau de liaison du Maroc dans cette ville.
Pour rappel, la déclaration tripartite, signée le 22 décembre dernier à Rabat, entre le Maroc, les Etats-Unis et Israël, en présence du Roi, prévoit notamment le rétablissement des liens diplomatiques entre le Royaume du Maroc et l’État d’Israël.




Le 25 décembre dernier, le Roi Mohammed VI et le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ont eu un entretien téléphonique au cours duquel le Roi Mohammed VI a rappelé «les liens forts et particuliers entre la communauté juive originaire du Royaume du Maroc et la Monarchie marocaine».
Le Roi Mohammed VI s’est en outre félicité à cette occasion de « la réactivation des mécanismes de coopération entre le Royaume du Maroc et l’Etat d’Israël, et de la reprise des contacts réguliers, dans le cadre de relations diplomatiques pacifiques et amicales ».