Le ministre de la Santé explique le retard dans la livraison du vaccin anti-Covid19

Covid-19: Ait Taleb explique le retard dans la livraison du vaccin anti-Covid19




Le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, a déclaré que la date où le Maroc recevra le vaccin contre le nouveau coronavirus n’est pas encore officiellement fixée. Il a ajouté que son département fera une déclaration dès qu’il y aura du nouveau à ce sujet.

Khalid Aït Taleb ministre santé maroc
Khalid Aït Taleb ministre santé maroc





Dans un entretien accordé au quotidien Al-Alam, le ministre de la Santé a confié qu’il n’y a aucune date précise pour l’arrivée du vaccin et qu’il ne peut pas décevoir les citoyens avec l’annonce de dates erronées. Et d’ajouter que sa responsabilité l’oblige à œuvrer pour obtenir le vaccin le plus tôt possible.
« Nous espérons que cela sera accompli avant la fin de l’année en cours », a déclaré Khalid Ait Taleb. Le ministre de la Santé a par ailleurs indiqué que la campagne nationale de vaccination ne pourrait commencer que quand le vaccin sera disponible.




Il a également précisé que donner de faux espoirs aux citoyens est inacceptable et que tout discours requiert honnêteté et vérité. De même qu’il a souligné que la réception du vaccin nécessite une préparation globale, surtout au niveau logistique et organisationnel.
Le ministre a ajouté que le Maroc a franchi de nombreuses étapes et pris toutes les mesures pour recevoir le vaccin après avoir mené, avec succès, les négociation pour en importer. Rappelant que le pays a conclu deux accords pour l’acquisition de deux quantités importantes des vaccins Sinopharm et AstraZeneca.




Ainsi, le Maroc sera parmi les premiers pays à bénéficier des produits de ces fabricants, a-t-il ajouté. Concernant le retard dans la réception des doses, le ministre a déclaré qu’il y a des contraintes techniques chez les fabricants. Et ce, car le vaccin doit être conforme à toutes les conditions de commercialisation et d’utilisation.
« Nous ne pouvons recevoir un vaccin non enregistré ou inutilisable. Il y a donc des règles pour que tout vaccin passe et satisfasse ces exigences, que ce soit en termes d’efficacité ou d’utilisabilité », a-t-il conclu.