Bientôt des vaccins « made in Morocco »

Bientôt des vaccins « made in Morocco »




Le projet portant sur la mise en place d’une unité industrielle de production de vaccins et figurant dans le plan stratégique, a fait l’objet d’une étude par le Conseil d’administration de l’Institut Pasteur au Maroc, lors de sa dernière session ordinaire tenue le mercredi 30 décembre dernier.




Lors de cette rencontre consacrée à l’examen du projet de la réalisation d’une unité industrielle pour la production des vaccins et des produits biologiques et présidée par Khalid Aïd Taleb, ministre de la Santé, l’Institut a affirmé que la réalisation de cette unité permettra de répondre à la demande nationale en ce qui concerne les vaccins, afin de lutter contre les maladies infectieuses et les intoxications issues des morsures des serpents et des scorpions. Ce projet permettra également de renforcer le positionnement du Maroc parmi les pays producteurs de produits biologiques, répondant aux recommandations de l’OMS.




C’est ce qu’a indiqué le Conseil de l’administration de l’Institut Pasteur dans le communiqué. Par la même occasion, l’Institut a procédé à l’examen du second projet lié à la création d’un centre national d’expertise dans les analyses biologiques médicales spécialisées, qui permettra de lutter contre les dangers des maladies contagieuses et non contagieuses et de réduire la dépendance du royaume vis-à-vis des ressources étrangères ou la sous-traitance de certaines analyses spécifiques et bien d’autres avantages. Il faut noter ce sur quoi le Conseil d’administration est revenu durant cette rencontre.




Le Conseil d’administration est revenu sur le bilan de l’activité de l’Institut Pasteur pour la période 2019-2020. Ce bilan concerne surtout la réalisation de 678 264 tests PCR, la publication de 54 projets scientifiques en 2019 et 43 autres en 2020, dans le secteur de la santé publique. L’Institut a aussi rendu publique la première revue scientifique anglophone marocaine sur la santé publique, et a offert ses services en ce qui concerne la médecine de voyage, ayant profité à 127 200 citoyens, surtout dans les domaines du conseil, de l’orientation médicale, de la vaccination et de la prévention contre les maladies contagieuses.