Sahara: et si l’Espagne suivait l’exemple des États-Unis ?

Sahara: et si l’Espagne suivait l’exemple de Donald Trump ?




L’Espagne doit suivre les traces des États-Unis, en reconnaissant la souveraineté du Maroc sur le Sahara. C’est ce que recommande à son pays Pedro Canales, spécialiste des questions du Maghreb et ancien correspondant de plusieurs quotidiens espagnols dans la région.




C’est pour contribuer à la stabilité de la Méditerranée occidentale, explique dans le magazine espagnol Atalayar l’expert espagnol, précisant que la responsabilité historique de l’Espagne implique qu’elle reconnaisse la souveraineté du Maroc sur le territoire du Sahara et le faire savoir dans une déclaration solennelle.
Ce faisant, l’Espagne, signataire avec le Maroc et la Mauritanie, de l’Accord de Madrid de 1975, qui a scellé la décolonisation du territoire, « gagnerait en stabilité politique et en sécurité dans la région qui englobe l’Afrique du Nord-Ouest et l’Europe du Sud-Ouest » et débloquerait du coup, le projet du Grand Maghreb uni.




Dont elle ferait naturellement partie, souligne-t-il. Cette reconnaissance qui viendra régler définitivement le conflit autour du Sahara, donnera un coup d’arrêt aux actions des groupes terroristes qui sévissent dans ces territoires, en lien avec les cartels de la drogue et du trafic d’êtres humains vers l’Europe.
L’intérêt est grand pour l’Espagne qui, profitant désormais de l’axe Espagne-Maroc, pourra se projeter économiquement et commercialement vers l’Afrique occidentale et centrale, d’une part, et vers l’axe horizontal de la Méditerranée à travers l’Afrique du Nord, vers l’Égypte et le Moyen-Orient, d’autre part, conclut le spécialiste.